VILLE NOIRE

Une ville privée de ses variantes lumières
Les étoiles scintillantes disparaissent naguère
Seules les flammes des bougies pétillent
Dans ces délestages persistants et infinis
 
Une coupure intempestive d’électricité
Encore une de ces coupes du monde ratée
Seule la vieille horloge raisonnait et retentit
La lune s’est dissipée et a aussi pris sa nuit
 
L’ouïe et la vue  font la pause
Tandis que la ville se voit morose
Seul l’odorat se réjouit des parfums des fleurs
Pendant ce délestage perdurant des heures
 
Le chat miaule sans arrêt dans l’autre chambre
Les enfants l’ont abandonné dans la pénombre
Seul le pickpocket paraît trop satisfait
De cette ville noire- de ses vols instantanés
 
Louve 02 Juillet 2018

louve.hianja dans Poésie.
- 44 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.