violence et jalousie

Son travail est fini il est vingt heures trente
Depuis déjà longtemps son retour la hante
Toute femme amoureuse irait se maquiller
Mais pour elle le but est de tout retirer

Elle efface avec soin son joli fard lilas
Enfile un vieux pull pour recouvrir ses bras
Elle essuie au chiffon sa bouche sublimée
Regarde tristement sa chemise fermée

Un quart d’heure plus tard elle rentre à la maison
Mais le jaloux l’attend dans la main un bâton
Inquiète et tremblante elle le voit qui s’approche,
Il lui crache dessus et lui dit qu’elle est moche

Coups de poings, coups de pieds, sa chair en est meurtrie
Pour qu’enfin il s'arrête en pleure elle supplie
Le jaloux violent se venge en la tapant
Lui reprochant en plus d’avoir vu son amant

chavigner dans Poésie.
- 873 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.