Vivre

Être à un arrêt d'autobus 
oú on attend, on attend, on attend;
puis le voyage dont le terminus 
nous envoie aux quatre vents.

À coups de coudes fendre une foule 
sur un boulevard que l'on veut désert;
franchir une mer de gens, une houle,
marcher à la lueur des lampadaires.

Vivre, c'est prendre un métro 
par un soir froid et blafard;
sortir ivre d'un petit bistro,
se tenir debout et seul sur le quai d'une gare

...Pour finir triste comme une tombe sans fleur,
pour finir par sourire à la mort, mystère et terreur...

Vivre,
c'est être à bord d'un bâteau qui coule.

Aurélien Thomas dans Poésie.
- 425 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.