VOYAGE

  
      Je le sens, tu es là            

       une chaleur, c'est toi    

       la fièvre.

       Sous ton voile de soie

       et ces perles sur ma peau  

       la fièvre.




       Allongé au divan

       je me mets à rêver

       à ce nuage blanc              

       sur le ciel azuré.



       JE VOLE



       Polymorphe ouaté

       il survole sans bruit

       la campagne et les blés      

       des villages endormis

       suspendu à l'éther

       il glisse doucement

       entre ciel et terre

       par le gré des courants

       aux dessus des vallées  

       des steppes enneigées    

       quelques déserts brûlés                                                

       et deltas immergés.                            



       JE VOLE



       Il laisse l'écume  

       à ces sols dégivrés

       une fine brume

       sur les eaux et les prés

       regarde serpenter

       la rivière brune

       s'écoulée éclairée  

       aux rayons de lune

       il entend les bruits sourds

      de rames tirant l'eau

       tirées par les doigts gourds

       du pêcheur en bateau.



       JE VOLE



       Je ne peux mieux rêver

       que rêver voyager

       mais la porte a craquer

       et le chat est entré



       MON VOL S' ENVOLE  



       Me voilà réveillé

       le voyage terminé

       il vient me saluer

       d'un ronron familier

Aveudoux dans Poésie.
- 62 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.