Voyage prémonitoire…

                
                  Voyage prémonitoire ? … Ou imaginaire ? ...Dans les deux cas, « un cauchemar ! ... »                      

                                         Mon regard divague, dans l’austère avenue,
                                         Dans un monde égaré, fait de rêves brisés ;
                                         Tout semble mort et d’humanité dépourvue !...
                                         Matérialiste, rigide et désabusé…

                                         Des ombres se déplacent, en courbant l’échine,
                                         Peut-être des hommes, comme des jeunes vieux,
                                         Ou, point des mortels, mais de simples machines…
                                         Ces êtres, sont-ils toujours enfants de leur Dieu ?...

                                         Ils s’arrêtent ou trottinent, les yeux avides,
                                         Comme irréels, d’un cauchemar éphémère ;
                                         Ou semblent s’enfuir, le visage livide…
                                         Faut-il penser, qu’il s’agit là de mes frères ?...

                                         Une peur est en moi, que je n’ose exprimer,
                                         La vision du futur…Une prémonition…
                                         Je connais cet endroit, ou tout s’est refermé,
                                         La ville où je suis né, avant la régression…

                                         Victime et accusé, de ce délabrement,
                                         De solidarité, l’homme fait dérision ;
                                         On protège les biens, mais point les sentiments ;
                                         L’égoïsme s’abreuve, de résignation !...

                                         J’erre comme un fantôme, dans mes souvenirs ;
                                         Je rôde, dans les méfaits de l’insouciance ;
                                         Je plaide coupable, pour les temps à venir ;
                                         J'admets la peine : « le Poids de la Conscience »

                                         Je ne puis oublier le langage des fleurs,
                                         Un sourire d’enfant, l’amour d’une mère,
                                         Richesse des saisons, arborant leurs couleurs…
                                         Comme la nature, l’homme était primaire…

                                         Symbole d’argent, est devenu Convention,
                                         Que sont nos Penseurs, nos Poètes devenus ?...
                                         La seule poésie : « Attention Pollution ! ... »
                                         Un brin de bonté, sous conditions entendues…

                                         Voici la science, que l’on croyait détenir,
                                         Reprenez ce cauchemar ! ...Laissez-moi rêver…
                                         Où suis-je ? ...Au temps d’hier, je veux revenir !...
                                         J’ai peur ! ...Amour, Espoir, Restez à mon chevet !...                           

                                         Puis, je m’enfonce dans la longue nuit d’hiver,
                                         Je ne vois que mes pas, dans le manteau neigeux…
                                         Et …La Dame Blanche…Au milieu du calvaire ;
                                         Fière, d’être la finalité de l’enjeu…

                                         Un cortège la suit, redressant l’échine,
                                         Libérés et heureux, dans l’austère avenue,
                                         Ils marchent en priant et frappent leur poitrine
                                         L’homme, à vendre son âme, est enfin parvenu

                                         Victimes d’un procès, aux sanctions inversées,
                                         Ils lancent vers le ciel, des mots rythmant leurs pas,
                                         Sous le regard céleste, de l’éternité,
                                         Comme une seule voix : « Pardon ! ...Mea-culpa… »

                                         L’aurore pâle, caresse mes paupières,
                                         Je reviens de là-bas, je reviens de demain…
                                         La nuit qui s’efface, exhortée de prières,
                                         Me voit rouvrir les yeux, suppliant de mes mains…

                                        Je m’éveille, dans les semailles du présent,
                                        Qui seront, les futures moissons de la vie…
                                        La campagne est belle, le ciel bleu apaisant,
                                        Il me reste en secret, l’espoir d’une survie…

                                        Mon imagination, n’est que supercherie…
                                        L’homme est bon, l’ambition partagée ne nuit pas ;
                                        Puis…J’ai froid…La Dame Blanche est là…Elle rit…
                                        Et…Dans le lointain, une voix : « Mea-culpa » …  
                                             

Noel Turo dans Poésie.
- 337 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.