week end vandal

week end vandal

puisque je l’ai pas cherche
ce malheur piédestal
tisse ma couronne

week end vandal

d’aube en ode 
crépusculaire

ma mire zénithale
observe ma tronche

six pieds de long
j’abomine affreux


week end vandal

puisque je l’ai pas cherche
ce malheur piédestal
tisse ma couronne

en syncope vesperale

et ma quinte cathédrale
sonne le glas 
déraisonne

je diffère la fin 
du sonnet 

week end vandal.

tout m’abandonne
et mes sens dérivent

un long spleen

du maudit incompris du bandit 
jadis

ravi et beau salaud

le temps me renvoie en pleine tronche

week end vandal.

F dans Poésie.
- 197 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.