Extrait N° 5 de "Balade dans ma Mémoire" ... Encore 6279 textes à lire

                                                        La Transition... Recherche de soi...

Il y a en chacun de nous, dans l'évolution de l'enfant vers l'adulte, dite : maturité, une période de méconnaissance de soi, de recherche. Qui dit « Recherche », dit « Interrogation ».
Je pense, que c'est aussi l'âge de la crise d'adolescence, du moins pour ceux qui avaient le temps, le luxe et la possibilité d'utiliser ce tremplin, pour faire la transition entre les deux phases.
L'âge précis de cette mutation, est variable selon l'individu.

Pendant de longues années d'insouciance, la vie coule de source... La source étant les parents... Pas de problème, Maman et Papa sont là. Il est hors de question de le leur reprocher, bien au contraire. Car Il suffit de voir le résultat pour ceux qui ont poussé seuls, ou furent considérés comme « objets encombrants », « obstacles », « incontrôlables », « sujets de vives discussions stériles » ...etc.
Pour le moment, ils pensent pour nous, les problèmes sont résolus avant d'avoir eu le temps de nous inquiéter, nous atteindre.  
Puis, un matin comme les autres, brusquement au saut du lit, la vie vous balance un seau d'eau glacé en pleine figure :
- « Hé dis donc !... Que veux-tu faire de ton existence ? Quel métier ? Qui es-tu dans le troupeau ? Quelles sont tes valeurs ? La tête ou les jambes ? Les deux pour certains !... Il faut que tu choisisses maintenant ! ... »
Beaucoup d'autres questions, qui pour ajouter à la multitude et leurs diversités, doivent être résolues dans les plus brefs délais.
Nous sommes sans le savoir sur le seuil déterminant de notre vie future. Notre démarche, notre choix va définir notre avenir, donc ce que nous fonderons, réaliserons... Et en premier lieu, « notre famille ». Comme un cercle infernal, où chaque élément dépend de l'autre.
Tout cela savamment orchestré par la volonté, les possibilités physiques et intellectuelles, puis il faut bien le dire une certaine dose de chance et de hasard, tel une loterie.

Nous ne sommes qu'une particule du monde où nous vivons et il faut évaluer, en tenant compte des renards, vautours et chacals, identifier, notre place dans cet océan, pour évoluer.
Il faudrait pouvoir se projeter au milieu de celui-ci, quelques années plus tard, ou vivre la vie à l'envers. Là, on a enfin un aperçu de ce que nous aurions aimé, voulu réaliser, durant notre bref passage sur terre.
A un certain stade de notre parcours, à moins d'une remise en question intégrale, d'une renaissance, de gros moyens dans tous les sens du terme, il est trop tard pour recommencer. Il y a trop d'éléments en jeux, des risques, pour satisfaire le choix qui aurait dû être fait au départ, si celui-ci avait été détecté, démasqué dans le flou de notre jeunesse.
Plus on avance dans le temps, plus la possibilité d'une remise en question de nous-même s'éloigne. Nous ne sommes plus seul. Nous avons la responsabilité de notre propre vie, mais ultérieurement celle de ceux que l'on aime. Malheureusement, ceux que l’on aimait, la source dont je parlais, a fini par s'épuiser... Puis, par disparaître. Nous essayons de prendre le relais, ce n'est pas à nous de dire si nous y parvenons.

Le cycle continue inlassablement... Car au travers des différentes étapes de la vie, on a l'impression d'un déjà vu, ou déjà vécu... Il nous apparaît, pratiquement comme un film, l'expérience de nos parents... Leurs questions, leurs soucis, leurs choix, leurs réactions, leurs conseils, sont devenus les nôtres.  Nous sommes bien obligés de nous reconnaître, plus ou moins dans les interrogations « sur et de nos enfants ». De témoins, nous sommes devenus acteurs.

Au fil des générations la manière de gérer tout cela change, évolue mais les sujets restent les mêmes ... Je pense que l'on gagne beaucoup, à ne pas oublier ces passages de notre vie, se dire « j'y suis passé » ... Sans dire bêtement « de mon temps » ... Justement mon gars ! C'est plus « ton temps ! ... » Là on rentre un peu dans le conflit des générations, mais cela est un autre chapitre.  
Bien sûr il y a les goûts, les attirances pour tels ou tels domaines, sujets, voies, mondes... Mais on ne peut pas être sûr, au printemps de la vie, qu'il n'y aura pas autre chose de plus fort à découvrir... Alors on part dans une direction, par défaut …

Et l’aventure Continue… Il y aura du « Bon et du mauvais » … Bon courage ! …  

Noel Turo dans Inclassable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.