Ginny à Ron - Avril

Ce texte est une réponse à Ron à Ginny - 12 janvier de Lucie Laval.
Très cher frère, 

Pardonne-moi le délai que je mets à répondre à tes vœux venimeux de début d'année : si Harry ne m'en avait pas empêchée, je sautais sur mon balais pour te roussir les cheveux encore davantage, et tu sais que je ne plaisante pas. Mais comme il se trouve que nous venons de gagner les qualifications pour la coupe du monde qui se tiendra dans quelques mois en France, contrairement à tes sombres prédictions, j'ai décidé de passer l'éponge sur tes provocations. Tu n'auras pas d'invitations pour la coupe du monde, voilà tout... Avec un peu de chance, cela t'apprendra à tenir ta langue !

Quant aux accusations faites au sujet de mon fils James, j'imagine que George peut tout à fait délivrer ce genre de messages lui-même - mais j'imagine tout aussi bien le plaisir que tu as pris à me l'écrire. Décidément tu ne changeras jamais... Par ailleurs, il ne me semble pas que les propos de Tata Skeeter à ton sujet aient été si sévères - je trouve même qu'ils ne manquent pas d'un certain style. Mais n'as-tu pas demandé à Hermione de te défendre et de l'enfermer à nouveau ?  

Mais je pense que je ferai véritablement une attaque le jour où je recevrai de toi une lettre toute empreinte d'amour fraternel. Surtout ne me fais pas ce coup-là la veille de la finale (car nous irons en finale, même si tu essaies par tous les moyens de nous attirer le mauvais œil !). 

Je voulais également te dire que nous projetons depuis longtemps de faire une grande fête pour le 87ème anniversaire de Hagrid à Poudlard. Tout le monde est déjà plus ou moins dans la confidence et jusqu'ici personne n'a fait de gaffe irréparable, donc je t'en prie fait un effort et tient ta langue. Nous avons déjà parlé avec Hermione de tous les détails d'organisation, donc tu auras simplement à imaginer quel cadeau nous pourrons faire à Hagrid, nous n'avons pas eu d'idée brillante jusqu'à maintenant et tu as pu te montrer surprenant à certaines occasions. Tu vois que je ne désespère pas de toi. Je précise : pas d'animaux dangereux ni illégaux !

Sur ce, je t'embrasse ainsi que toute la famille.

Ta sœur, Ginny.  


Sommaire des Correspondances Inédites : http://librosophia.com/webzine/correspondances-inedites/sommaire-des-correspondances-inedites.htm

Lucie Laval dans Correspondances inédites.
- 1253 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.