Hagrid à Neville - Juin

Ce texte est une réponse à Sommaire des Correspondances Inédites de Lucie Laval.
Très cher Neville, 

Je te remercie beaucoup pour la liqueur de mandragore que tu m'as envoyée l'autre jour, cette paralysie faciale devenait de plus en plus gênante. Garde-le pour toi bien sûr, en souvenir du bon vieux temps, mais ce ne sont pas les strangulots qui m'ont fait le coup alors que je prenais un bain de minuit dans le lac l'autre soir... c'est la seule excuse que j'ai trouvé sur le moment.

En fait, j'ai trouvé en me promenant à Préaulard samedi dernier un tout jeune clabbert* qui s'est sans doute sauvé d'une maison des alentours. Je l'ai appelé Merlin. Mais je pense qu'il faudra que je le fasse examiner prochainement par Minerva car il me semble que quelqu'un s'est amusé à le métamorphoser en poisson pierre (ce qui est tout à fait inhumain je trouve) et il en a gardé une zone sensible au niveau de sa pustule : quand tu la touches ça te paralyse.

Bref il a voulu me faire un câlin et le temps que je lui reprenne le couteau qu'il avait trouvé dans ma réserve à bois et qu'il agitait dangereusement près de mon œil, le pauvre innocent, je ne pouvais déjà plus bouger un sourcil... Mais surtout n'en parle pas à qui que ce soit, je ne voudrais pas qu'on me prive encore de mes animaux de compagnie, ce qui est une fâcheuse habitude de mon entourage en général. 

Encore merci et à tout à l'heure pour le festin de fin de BUSE. 

Hagrid


*Le clabbert est une créature qui vit dans les arbres et dont l'apparence évoque le croisement entre un singe et une grenouille. Les clabberts ont la particularité de porter au milieu du front une grosse pustule rouge qui se met à clignoter à l'approche d'un danger.  Sommaire des Correspondances Inédites : http://librosophia.com/webzine/correspondances-inedites/sommaire-des-correspondances-inedites.htm

Lucie Laval dans Correspondances inédites.
- 920 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.