Luna à Ginny

Ce texte est une réponse à Sommaire des Correspondances Inédites de Lucie Laval.
Ma chère Ginevra,

J’espère que cette lettre arrivera jusqu’à toi : j’ignore si les mouettes sont aptes à porter des messages sur de si longues distances. Tout le monde les utilise pour le courrier, ici, mais généralement, elles volent d’un village à l’autre. Je crains que le trajet jusqu’à Londres ne dépasse leurs capacités… Nous verrons !

L’île de Moskenesøya est magnifique ! Mon collègue Rolf et moi y passons quelques jours afin de confirmer notre théorie sel'on laquelle l’archipel des îles Lofoten constitue le lieu de reproduction privilégié des ronflaks cornus. Pour le moment nous n’en avons encore aperçu aucun, mais Papa dit que les ronflaks sortent généralement de leurs terriers les nuits sans lune. Comme je suis impatiente ! Et comme Papa sera content quand je lui monterai les photos que nous avons prises ! Rolf et moi sommes tous deux convaincus qu’une portée se cache non loin de notre campement, car nous avons identifié toute une série de fientes en tous points semblables à celles décrites par les habitants locaux. Sais-tu que le ronflak cornu est le seul animal sur cette planète dont les excréments échappent à la loi de la gravité ? J’en ramènerai quelques sacs pour les étudier à la maison.

J’espère que George et Harry ne sont pas harcelés par les journalistes au sujet de l’affaire Grunnings. Quelle idée de remplacer tous les desserts des employés par des crèmes canari ! Pauvre Mr. Dursley, je suppose qu’il n’imaginait pas que sa nomination au poste de PDG susciterait un tel émoi parmi les admirateurs du Survivant ! Mais après tout, cela va bientôt faire vingt ans que Tu-Sais-Qui a disparu… Je n’ose pas imaginer quelles folies auront lieu en mai. Peut-être devriez-vous vous isoler le temps des festivités, Harry et toi. J’ai prévu de voyager en Papouasie à cette période pour manifester contre la disparition des tortues à nez de cochon. Vous pourriez m’y accompagner, si cela vous intéresse. 

Je dois poser ma plume, ma chère Ginny, car la nuit tombe. J’ai bon espoir d’apercevoir un ronflak avant le lever du jour !

Je t’embrasse,

Luna

Louknaille dans Correspondances inédites.
- 1250 lectures


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.