Jean Lorrain - La Mandragore

Ce texte est une réponse à Un homme, des femmes... de Lucie Laval.

La mandragore - emblème de la sorcellerie

La mandragore, si l'on s'en tient à l'aspect purement biologique des choses,  est une plante herbacée vivace, appartenant à la famille des Solanacées, voisine de la belladone et ayant des propriété hallucinogènes. La science a parfois l'art de dépoétiser toute chose, n'est-ce pas ? Car en effet, la mandragore, si l'on s'intéresse maintenant à sa dimension littéraire, est un motif à très forte teneur poétique ! 

De nombreuses légendes, empreintes de sorcellerie et de noirceur, entourent en effet la Mandragore. Cela est sans doute dû à l'étrange aspect de ses racines, qui peuvent ressembler (avec un peu d'imagination, mais n'est-ce pas l'une des grandes forces de la nature humaine que d'imaginer ?) à une forme vaguement humaine. Le Moyen-âge en particulier a fantasmé sur les propriétés magiques de la mandragore et l'a associée à de nombreux rituels de sorcellerie. Il existait une croyance très forte sel'on laquelle la mandragore pouvait accueillir l'âme d'un défunt, mais que la déterrer entraînait la mort de celui qui  tentait l'expérience. Il fallait donc se rendre de nuit au pied des potences (les mandragores poussent toujours au pied de l'échafaud, c'est bien connu) avec un lévrier noir, attacher l'animal au pied de la racine afin qu'il la déterre, et lorsque la plante était sur le point d'être sortie de terre, égorger le chien en sacrifice à la mandragore, afin de ne pas y laisser soi-même la vie. Lovely, isn't it ? 

La Mandragore de Jean Lorrain

La Mandragore c'est aussi une nouvelle extraordinaire de Jean Lorrain, rééditée aux éditions Le Chat Rouge sous forme d'un recueil contenant quatre nouvelles du fameux Décadent. Imaginez un roi et une reine d'une grande beauté, une beauté presque surnaturelle tant elle est consciente d'elle-même, et qui donne une impression de toute puissance accablante. La reine Godelive, reine très chrétienne, donne naissance à un fils qui a hérité de sa beauté, et qui dès ses premiers jours fait pressentir une cruauté sans limites. Puis la reine tombe de nouveau enceinte et donne naissance à une princesse... grenouille.  "Quand on sut que la reine avait accouché d'une grenouille ce fut la consternation à la cour." La petite grenouille est immédiatement, sur ordre du roi, exécutée et lancée dans les douves du château. La Reine quant à elle ne se remet pas de ses sinistres couches, et toujours la silhouette affreuse et gluante de la grenouille, avec ses yeux cerclés d'or et pleins de tendres larmes, vient hanter ses nuits et ses jours. La reine s'adonne alors à la sorcellerie et s'entoure des mages les moins recommandables. Jusqu'à ce qu'un jour, une vagabonde vienne lui confier dans de mystérieuses circonstances, une mandragore... 



Les contes  et nouvelles de Jean Lorrain

Comme bon nombre des nouvelles et contes de Jean Lorrain, La Mandragore mêle magie, morale, enfance et sciences occultes pour un résultat étrange et beau, fascinant et troublant. Je vous laisse découvrir par vous-même les trois autres nouvelles du recueil de La Mandragore : il est recommandé de les lire une par une et séparément, afin de bien s'imprégner de chacune d'elle, de sa beauté particulière, beauté viciée et décadente, tout comme son auteur.  

La Mandragore en 3 citations

REINE - "Et elle, Godelive, la reine répudiée du trône de Thuringe et la fille des rois de Courlande, elle, la reine très catholique et très chrétienne, errait à minuit dans ces solitudes, au milieu de ces mornes plaines, et l’œil aiguisé, anxieuse, s'arrêtait au pied de chaque potence où parfois quelque chose de tiède, comme une larme de cire, mais étrangement puante, lui tombait sur la joue..."

SANG - "Je me dressais sur mon séant en secouant la chose molle et vivante, la clarté lunaire entrait par une fenêtre ouverte, j'avais les mains pleines de sang."

EAU - "Ooh la source ferrugineuse du vieux parc de Valmont, je l'ai, je crois, aussi passionnément aimée, aussi voluptueusement possédée que la plus adorée des maîtresses, et cela jusqu'au jour où, par une cruelle revanche des choses, j'y devais trouver le plus ignoble des châtiments." Retrouvez toutes les publications des éditions Le Chat Rouge icihttp://www.lechatrouge.net/

Lucie Laval dans Critiques.
- 1265 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.