Marcel Proust - Sur la lecture

La lecture : un loisir qui se perd ?

Parlons-en de la lecture ! Bien sûr mon point de vue sera biaisé, puisque je passe pour ma part au moins deux heures par jour à lire. Attention, c'est à dire, deux heures à lire de la littérature ; pas l'actualité ou des rapports d'activité... donc évidemment, la lecture a pour moi un statut spécial,un vécu particulier, une valeur sentimentale en quelques sortes. Mais je ne vous ai jamais promis une quelconque objectivité dans mes chroniques, cela serait à mourir d'ennui, et quitte à prendre un parti pris, autant y aller franco. 

Evidemment tout le monde n'aime pas lire et je comprends tout a fait que la tentation des écrans soit parfois plus forte que l'envie de lire un livre... ou l'envie de jouer au foot, de tricoter ou de faire ses devoirs même ! Cependant et malgré tout la lecture n'est pas à négliger, pour toutes sortes de raisons ! 

Que nous dit Proust sur la lecture ? 

Interrogeons donc un pro de la lecture. En 1906, Marcel Proust traduit une conférence de Ruskin, Sésame et les lys , dans laquelle ce dernier présente la lecture comme une fin en soi, une philosophie de vie quasiment, une activité à la fois indispensable et formatrice. Bref, c'est "the thing to do, you see..."

Proust n'approuve pas cette théorie. Après avoir achevé la traduction de la conférence de Ruskin, il rédige donc une préface qu'il intitule Sur la lecture, et qui commence par un autoportrait de quand il était enfant et qu'il passait le plus clair de son temps à lire. Il décrit son impatience à sortir de table pour retrouver le chapitre en cours, ses escapades dans le parc où toute la famille se rend pour se promener et sa manie de dénicher un refuge où il pourra lire en paix... dès le plus jeune âge, Proust est donc un grand lecteur. 

Pour autant, il déconseille comme Ruskin de placer la lecture sur un piédestal et de l'ériger en religion. Car il estime que l'on risque alors de se laisser aller a penser que toutes les vérités se trouvent dans les livres, et de ne plus chercher de vérités par nous même. Il nous met en garde contre l'attitude passive que certains peuvent avoir face à la lecture, et nous dit qu'elle ne peut remplacer notre propre réflexion. 

Sur la lecture aux éditions sillages

J'ai découvert ce petit essai de Proust très récemment dans ma librairie préférée car sa couverture, pourtant à moitié dissimulée dernière d'autres ouvrages plus imposants, a immédiatement attiré mon regard. J'accorde beaucoup d'importance à l'apparence des livres que j'achète, car je prends beaucoup plus de plaisir à lire un joli livre qu'un livre passe partout... chacun son vice

Cette édition de Sur la lecture aux éditions sillage est un très joli petit ouvrage, à la fois élégant, sobre et esthétique - ce qui convient tout a fait à un texte de Proust, qui était lui même quelque peu esthète ! Je recommande donc ce petit essai aux amoureux de livres mais aussi et surtout a tous ceux qui n'aiment pas forcément lire ! Qui sait, peut être serez vous tenté(e) de vous attaquer ensuite à la Recherche du temps perdu ? ;) 

Sur la lecture en 3 citations

LECTURE - "Alors, risquant d'être puni si j'étais découvert et l'insomnie qui, le livre fini, se prolongerait peut-être toute la nuit, dès que mes parents étaient couchés je rallumais ma bougie"

AUTEUR - "Nous sentons très bien que notre sagesse commence où celle de l'auteur finit, et nous voudrions qu'il nous donnât des réponses, quand tout ce qu'il peut faire est de nous donner des désirs."

LECTURE - "Il est pourtant certains cas, certains cas pathologiques pour ainsi dire, de dépression spirituelle, où la lecture peut devenir une sorte de discipline curative et être chargée, par des incitations répétées, de réintroduire perpétuellement un esprit paresseux dans la vie de l'esprit." Retrouvez Sur la lecture de Marcel Proust aux éditions SIllage : http://editions.sillage.free.fr/moyenne.html#proust 

Lucie Laval dans Critiques.
- 732 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.