Sénèque - Lettres à Lucilius

Ce texte est une réponse à Interview auteur - Louknaille de Lucie Laval.

UNE RÉFLEXION SUR LE QUOTIDIEN

Les Lettres à Lucilius sont un recueil de 124 lettres écrites par le stoïcien Sénèque et adressées à Lucilius Le Jeune, gouverneur de Sicile. En dépit du titre latin Epistolae Morales as Lucilius, qui laisse présager quelques leçons de morale, le ton de ces lettres n'est nullement péremptoire : Sénèque se livre plutôt à une réflexion sur l'existence à partir du quotidien et de ses lectures, qu'elles proviennent des stoïciens ou de courants rivaux. Ainsi, Sénèque nourrit ses pensées en observant les abeilles "qui voltigent ça et là, picorant les fleurs propres à faire le miel", songe à l'impuissance de l'homme face à la force du hasard après l'incendie ayant ravagé la ville de Lyon, et démontre suite à une crise d'asthme qu'il est insensé de craindre la mort.

UN APERÇU DE LA ROME CONTEMPORAINE

Les Lettres à Lucilius sont pleines de références aux mœurs et petites habitudes des Romains du premier siècle de notre ère, et tout n'est pas glorieux ! Oubliez la version aseptisée des jeux dépeints par Hollywood : Sénèque nous fait part de son écœurement devant la cruauté des spectacles de gladiateurs dont se délecte la foule. "Le matin c’est aux lions et aux ours qu’on livre des hommes ; à midi, c’est aux spectateurs. On met aux prises ceux qui ont tué avec d’autres qui les tueront, et tout vainqueur est réservé pour une nouvelle boucherie."

Sénèque nous renseigne aussi sur les activités physiques pratiquées à l'époque, comme le saut en hauteur ou la course. Les danses des prêtres saliens font partie des exercices qu'il juge bons pour le corps, nous rappelant ainsi l'existence de ces prêtres voués au culte du dieu Mars. Le stoïcien évoque également les thermes de Baïes, les débats au forum, les élections et les stratégies politiques qui en découlent, ou encore le théâtre, à travers la description des chœurs et des instruments qui les accompagnent.

LUCILIUS A L'ECOLE DU STOÏCISME

Si Sénèque cite à de nombreuses reprises des philosophes dont les idées s'opposent aux siennes, ses propos n'en demeurent pas moins empreints des grands principes du stoïcisme. Il exposera donc à Lucilius :

L'importance d'accepter ce qui ne dépend pas de soi :

"Toujours le sort, comme craignant notre oubli, trouve un nouveau moyen de nous faire sentir sa puissance", nous dit Sénèque. La Fortune fait et défait des cités, des empires. Elle dispose du même pouvoir sur chacun d'entre nous. Le hasard est hors de notre contrôle, aussi chacun doit-il anticiper et accepter toutes les possibilités qu'il nous réserve. 

Cela implique de ne pas craindre la mort. Chaque instant passé depuis notre naissance est un pas de plus vers elle. Sénèque nous donne à réfléchir : n'est-il pas vrai que "Qui dit le soir : « J'ai vécu, » peut dire le matin : « Je gagne une journée. »"?

La sagesse de quiconque vit en accord avec la nature

S'en tenir à ce que la nature nous montre et nous impose est essentiel. Suivre l'exemple de la nature permet de réguler nos comportements et de trouver la juste mesure dans tout ce que nous entreprenons. "La nature a son point d’arrêt : les chimères et les fantaisies de la passion vont à l’infini. Le nécessaire a pour mesure l’utile : mais le superflu, où le réduire ?" explique Sénèque, pour qui il n'y a rien de pire que de devenir esclave de nos excès par goût et non par simple envie passagère.

Ou encore la nécessité de vivre avec détachement 

Pour Sénèque, il convient d'aller à l'essentiel : la nature nous impose des besoins que les choses matérielles nous permettent d'assouvir. Le sage n'a que faire du reste, qui devient superflu. "Le manger doit seulement apaiser la faim, le boire éteindre la soif, le vêtement garantir du froid, le logement abriter contre l’inclémence des saisons. Qu’il soit construit de gazon ou de marbre étranger de nuances diverses, il n’importe : sachez tous qu’on est aussi bien à couvert sous le chaume que sous l’or."

S'attacher aux biens extérieurs détourne le philosophe de son travail sur lui-même et peut attirer convoitises et jalousies. Si la vraie richesse est dans l'âme, en revanche, nulle perte n'affectera le sage. "Tous mes biens sont avec moi", répondra-t-il. Nous nous situons bien à mille lieues de l'état de détresse que nous avons tous ressenti au moins une fois dans notre vie après la perte ou le vol d'un smartphone (quand on parle de convoitises !).

L'ataraxie, pour nous aussi?

Nous ignorons si Lucilius a effectivement correspondu avec Sénèque, ou même s'il a réellement existé. Le lecteur est peut-être le véritable destinataire de ces lettres, qui continuent de résonner dans notre quotidien vingt siècles plus tard. C'est à mon sens ce qui fait la force des Lettres à Lucilius. 

A bas les selfies !

A notre désir constant de nous montrer sous notre meilleur jour sur les réseaux sociaux, Sénèque rétorquerait : "La foule t’applaudit ! Eh ! qu’as-tu à te complaire si tu es de ces hommes que la foule comprend ? C’est au dedans de toi que tes mérites doivent briller."

Amis pour la vie ?

Sénèque questionnerait également notre façon d'interagir les uns avec les autres. Ses lettres sont l'occasion de réfléchir sur la véritable amitié. Un clin d'oeil à tous ces gens que l'on côtoie, avec qui l'on rit, et que l'on perd malgré tout de vue parce que nos intérêts divergent, que le temps nous sépare, ou encore parce que l'amitié finit par ne plus aller que dans un sens. "De là cette foule d’amis autour des fortunes florissantes ; abattues, quelle solitude !"

No stress !

Enfin, le stoïcien analyse nos angoisses avec une justesse frappante. Peut-être devrions-nous suivre le conseil qu'il nous donne, et comme Lucilius, nous demander : "N’est-ce pas sans motif que je souffre, que je m’afflige ; ne fais-je point un mal de ce qui ne l’est pas ?". Le détachement stoïcien s'exprime aussi à travers ce rejet de nos peurs, souvent infondées et prématurées. "Nos peines sont plus souvent d’opinion que de réalité".

UNe simplicité efficace

Les Lettres à Lucilius nous offrent donc une philosophie accessible, dont chacun peut tirer des enseignements précieux à appliquer au quotidien. Toutes les lettres n'ont pas la même puissance ; certaines rappelleront aux littéraires studieux les concepts si chers à leurs professeurs ; d'autres vous frapperont par leur bon sens et provoqueront des moments d'introspection inattendue.

Louknaille dans Critiques.
- 1502 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Sénèque - Lettres à Lucilius

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Lucie Laval Aaah passer un dimanche stoïque... quel bonheur !
Bee Pour moi, ce que tu dis de l'amitié n'est pas exactement ce que dit Sénèque. Lui parle des amitiés suscitées par l'intérêt et qui disparaissent avec lui.

Je ne qualifierai pas d'amitiés celles dont tu parles, mais plutôt de connaissances provoquées par le hasard. Bien sûr, il arrive souvent que nous fassions la conversation pour éviter qu'un silence s'installe mais que nous n'ayons pas forcément d'atomes crochus avec la personne. A l'inverse, le hasard peut aussi créer de grandes choses, comme lorsqu'une étudiante laisse poliment passer une autre devant elle alors qu'elle sait que l'administration fermera avant tour

 Le fait est que la mondialisation, Internet, la facilité de voyager ont multiplié les hasards, les rencontres... et les adieux  ! Avant, bien avant, l'horizon d'une vie se limitait aux villages limitrophes de sa paroisse.

Je pense que les vraies amitiés sont toujours présentes, il y a simplement plus de connaissances, des réseaux plus larges autour d'elles.

Enfin, à 'Le manger doit seulement apaiser la faim' je répondrai qu'en tant normal oui. Mais n'oublions jamais que Sénèque ne connaissait ni le chocolat, ni les muffins à la myrtille. Autant dire qu'au niveau nourriture, 't'y connais rien, Jean Neige.'
Lucie Laval Aaah ben ça y'est, bravo Bee, j'ai des envies de Nutella... 
Bee CQFD Sénèque, CQDF.
Louknaille Certes, nos modes de vie ont facilité les adieux, mais je trouve que les propos de Sénèque illustrent à la perfection la fragilité de nos liens avec nombre de nos relations. Il souligne bien, comme toi, la distinction entre les amitiés temporaires ou intéressées et les vraies amitiés, bien plus rares, et c'est là tout l'objet de ses lettres sur l'amitié. Au delà des simples connaissances d'un soir que tu mentionnes, qui parmi nous n'a pas été déçu un jour par un ami qui a soudain disparu quand nous pensions pouvoir nous reposer sur lui? Si nous comptons tous les amis que nous avons eu tout au long de notre vie, et ceux qu'il nous reste à ce jour, quel est le ratio? Sénèque dit à un moment : "Je peux citer bien des gens chez qui les amis n'ont point manqué, mais bien l'amitié". Je trouve cela très juste. J'ai personnellement eu beaucoup d'amis, mais n'ai tissé de réelle amitié qu'avec une poignée d'entre eux.

Quant au chocolat et aux muffins... Sénèque 0 - Bee 1.
Louknaille Roooo si en plus on ajoute le Nutella par dessus le marché... Sénèque 0 - Gourmandise 2
Alexandre Clain Vous êtes malades :-)
Gnou Muffins à la myrtille *.*

Le Tour d'Ecrou - Henry James

...  790    11  

Fred Vargas - Coule la Seine

Critiques  998    5  

Harry à Ron - mai

...  393    2  

Harry à Ron - Octobre

...  408    6  

Harry à Ron et Hermione ...

...  341    4  

Le Meilleur des Mondes - ...

Critiques  1809    10  

Quand Jim Kay rencontre Harry

Critiques  355    11  

Harry à Hagrid - mai

...  401  

La fanfiction : négation ...

Débats  1283    9  

Le cimetière d'à côté

Inclassable  649    7  

mme dieu nature

Poésie  119  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.