La fanfiction : négation des droits d’auteurs ?

Fanfictions : faisons le point

Comme son nom l’indique, la fanfiction est une production littéraire qui s’inspire de l’univers d’une œuvre existante. La fanfiction est rédigée par un fan dans un but a priori non lucratif, pour le simple plaisir de replonger dans un monde imaginaire, d’en explorer des dimensions inconnues ou d’adopter des points de vue alternatifs à celui ou ceux présentés dans l’œuvre d’origine.

Le monde de la fanfiction a son propre jargon. Parmi la terminologie à connaître, on notera par exemple le fandom (communauté de fans et leur sous-culture), le crossover (fanfiction qui mélange deux univers), ou encore le slash. Ce genre met en avant la relation homosexuelle de deux personnages de l’œuvre originale. Le terme vient du signe de ponctuation slash, le bon vieux / qui nous donne de fabuleuses histoires Harry/Malefoy, Harry/Rogue, Harry/Hagrid, Harry/Rusard (ne grimacez pas, je suis sûre que cela existe !). Si nous nous situons dans un crossover, on peut songer à un Harry/Legolas, Harry/Dark Vador, Harry/Edward, Harry/Rastignac, Harry/Homer Simpson… Libérez votre imagination !

Les plateformes de publication de fanfictions pullulent sur Internet : fanfiction.net, wattpad.com, fanfic-fr.net, et même Kindle Worlds. Là-dessus, je me permets un commentaire : si même Amazon se met à autoriser la publication et la commercialisation de fanfictions, alors nul ne peut plus douter de l’ampleur – et du potentiel lucratif ? – de ces créations de qualité variable. Les succès pharamineux de Fifty Shades of Grey de E.L. James et de After d’Anne Todd nous le confirment : ces best-sellers sont respectivement inspirés de Twilight de Stephanie Meyer et… du boys band One Direction. 

Droits d’auteur, droits patrimoniaux et droits moraux

Qu’en est-il des droits d’auteur ? C’est la question qui fâche et divise. De nombreux auteurs se sont publiquement prononcés sur leur acceptation ou non de l’utilisation de leurs personnages et univers dans des récits de fans. Le camp des artistes en faveur de la fanfiction rassemble George Lucas, J.K. Rowling, Meg Cabot, Stephanie Meyer, Terry Pratchett ou encore Erik L’Homme. Le camp opposé à la fanfiction compte parmi ses rangs G.R.R Martins, Anne Rice, Robin Hobb ou Anne Robillard.

La question des droits d’auteur est complexe, car cette notion englobe deux types de droits :
- Les droits patrimoniaux, qui concernent l’exploitation économique de l’œuvre
- Les droits moraux, qui donnent à l’auteur le droit de divulguer son œuvre ou de la retirer, d’en garder la paternité et de la faire respecter.

On peut comprendre qu’un auteur s’offusque du détournement de ses personnages, au nom de l’intégrité de son œuvre (droits moraux). Cela reste vrai même quand il n’y a pas d’usage commercial de l’ouvrage (droits patrimoniaux).

Actulitte nous offre une réflexion très intéressante sur la complexité de cette notion de droit moral, notamment appliquée dans le cas de la parodie. Pour des raisons de liberté d’expression, la parodie échappe à certains principes du droit d’auteur. Mais si votre œuvre était parodiée par un parti extrémiste, pourriez-vous revendiquer le droit de ne pas être associé à ses idées discriminatoires ?

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-droit-de-parodier-ou-les-epineuses-contraintes-juridiques/51130

Rendre à chacun le droit de créer

Les nouveaux modes de communication et l’essor du web ont transféré notre façon de consommer, de lire et de créer. On ne lit pas forcément moins ; on lit différemment, et il en va de même pour la création artistique et littéraire. L’un des grands atouts de la fanfiction est à mon sens son accessibilité, pour les lecteurs comme pour les auteurs. Elle est généralement gratuite, fondée sur un univers que l’on aime déjà. On y retrouve des personnages et des lieux familiers, que l’on prend plaisir à découvrir sous un autre regard. Il ne reste plus qu’à créer et partager – un peu comme ce que l’on fait ici, sur Librosophia.  

La fanfiction est aussi une école d’écriture grâce à laquelle il devient possible de confronter son style à un lectorat : la communauté de fans avec qui on interagit. De nombreux jeunes auteurs luttent pour faire émerger leurs premières œuvres et obtenir des retours dans une logique d’amélioration. Les plateformes de fanfiction ne leur permettront pas de tester la qualité de leurs œuvres originales, mais leur offriront la possibilité de s’exercer à de nouveaux formats, de repérer leurs tics d’écriture, de renforcer des intrigues et de mieux structurer leurs récits.

La fanfiction, plus forte que le marché

Les travaux d’Henry Jenkins sont riches en réflexions autour de la fanfiction. Je vous invite à découvrir ce chercheur spécialisé dans la culture populaire, les medias et la notion de fan. L’une des conclusions exprimées dans son essai Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, est que la fanfiction a rendu aux gens la propriété des grands mythes contemporains. Chacun est libre de s’approprier les éléments de la culture populaire que l’industrie cinématographique ou les éditeurs conservent jalousement. 

Sheenagh Pugh, autre spécialiste de la fanfiction, va dans le même sens. A ses yeux, la fanfiction défie le marché en permettant à chacun de rectifier ce qui ne lui plait pas dans une œuvre. Pas assez de tomes ? Les fans d’Harry Potter se délecteront des quelques 800 000 récits fondés sur l’univers de leur héros préféré, disponibles sur le site fanfiction.net. Une fin décevante ? Pas d’inquiétude, les fans réécriront le scénario. Pas assez de sexe ? Allez faire un tour du côté des slashs. Le champ des possibles devient infini. Et si la qualité n’est pas toujours au rendez-vous, les amateurs de beaux récits tomberont bien sur une ou deux perles qui valent le détour et détrônent parfois le canon dans le cœur des fans.


Sources et idées de lecture pour approfondir :

http://henryjenkins.org/2006/09/fan_fiction_as_critical_commen.html
http://henryjenkins.org/2012/09/fan-studies-at-the-crossroads-an-interview-with-lynn-zubernis-and-katherine-larsen-part-two.html
http://www.participations.org/Volume%208/Issue%201/PDF/lee.pdf
http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20140619.OBS1146/connaissez-vous-la-fanfiction.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fanfiction
https://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-droit-de-parodier-ou-les-epineuses-contraintes-juridiques/51130
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_moral
http://www.sacd.fr/Droit-moral-droit-patrimonial.91.0.html
http://www.metronews.fr/info/dieudonne-accuse-de-plagiat-par-l-artiste-luxembourgeois-ken-barthelmey/mngc!JHPz8WA6BmYY/?utm_content=buffer54b50&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer
http://www.amazon.com/Spreadable-Media-Creating-Networked-ebook/dp/B00B1Q88EW/ref=kinw_dp_ke

Louknaille dans Débats.
- 2368 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.