La réforme orthographique expliquée aux enfants

Ce texte est une réponse à La correspondance en voie d'extinction ? de Lucie Laval.

Réforme orthographique : faux scoop !

Nous avons préféré attendre que le tourbillon des récriminations s'apaise dans les médias et sur les réseaux sociaux. Inutile de se fatiguer inutilement lorsque les éléments se déchaînent sans avoir pris au préalable le temps de délibérer. On nous annonce depuis le début de la semaine la mort de l'accent circonflexe, la dé-poétisation du nénuphar que l'on a subitement affublé d'un "f", le sauvage assassinat du trait d'union...

Certains trouveront mon ironie déplacée. Mais que je me fasse bien comprendre : c'est grave ce qui se passe. Cette réforme de l'orthographe n'est pour moi pas la bienvenue car elle véhicule un message que je ne cautionne pas et sur lequel je vais revenir. Mais il s'agit pourtant bien d'un faux scoop. Comme vous avez pu le lire sur des médias de qualité, cette réforme date de 1990 - au passage, c'est mon année de naissance (!!!) - et c'est en réalité les manuels scolaires, qui jusqu'ici l'avaient boudée, qui vont être mis à jour et prendre en compte ladite réforme. J'ai donc trouvé assez amusante cette vague d'indignation qui arrive 26 ans trop tard... Quoique, j'étais bébé, peut-être y avait-il eu foule dans les rues à l'époque pour assiéger l'Académie ?

Un message adressé aux générations futures

Finalement, ce qui a sans doute provoqué la fureur des médias et de beaucoup de particuliers dans cette étrange annonce à retardement, c'est le message qu'elle véhicule et qui cible les générations futures, autrement dit "les jeunes". Que comprendre, sinon que le respect de l'orthographe n'est plus une priorité et que l'on préfère tout simplifier plutôt que de compliquer la vie des élèves ? Pire, que l'on considère que les jeunes français n'ont plus le niveau nécessaire pour apprendre à écrire correctement ? Beaucoup parlent de nivellement par le bas, et je suis assez d'accord... Mais j'aimerais que nous examinions deux points qui me paraissent importants. 

L'orthographe nous raconte l'histoire et le sens des mots

L'orthographe d'un mot nous raconte son histoire, apporte du sens et nous permet de conserver la "mémoire" de la langue. Bien sûr il ne s'agit pas de refuser toute évolution : la langue évolue constamment, s'enrichit de nouveaux termes et de nouvelles expressions. Et cela, c'est merveilleux. Mais pourquoi, alors que l'on constate un enrichissement constant, vouloir d'un autre côté perdre ou appauvrir un patrimoine qui nous sert quotidiennement depuis des siècles ? Je ne vois pas l'intérêt. 

Refuser d'être rigoureux et exigeant n'est pas une solution

Lorsque je lis qu'il est toléré depuis plus de 25 ans d'écrire "elle s'est laissé aller" je trouve cela très frustrant. Est-ce que vous réalisez combien de temps j'ai galéré pour comprendre les ruses et les nuances de l'utilisation des auxiliaires "être" et "avoir" et des accords correspondants ?  Oui, c'est un peu difficile à assimiler. Mais j'étais fière d'y être parvenue. Je ne sais pas si on se rend compte à quel point le message véhiculé par cette réforme est dévalorisant pour les élèves : vous n'êtes pas assez bons pour savoir écrire correctement. Au contraire, j'estime que les élèves et étudiants sont tout à fait capables d'apprendre à écrire leur langue, de la découvrir, de jongler et de s'amuser avec. Mais pour pouvoir s'amuser, il faut savoir la maîtriser. Et cela demande quelques efforts. Mais le fait d'éviter le moindre effort n'a jamais rendu service à personne...

L'orthographe : un héritage à transmettre

Cependant, la dramatisation des événements a souvent un effet néfaste. L'orthographe fait bien sûr partie de notre patrimoine et de notre héritage, et j'aimerais pouvoir affirmer que ce n'est pas une réforme datant de 1990 qui y changera quelque chose. En  effet, cette réforme fait désormais partie de l'histoire des termes concernés. Donc pour avoir une connaissance approfondie de la langue française, un élève consciencieux se fera un devoir d'apprendre à la fois l'ancienne et la nouvelle orthographe (tant pis pour ceux qui voulaient se simplifier la vie !). Il aura alors le choix de l'orthographe qu'il préfère. Et il me semble important de transmettre aux enfants ces changements, de leur raconter la vague d'indignation que cela a suscité et pourquoi, de leur montrer qu'il faut faire attention aux mots et à la syntaxe et de leur donner le goût de parler et d'écrire une langue riche. Moi c'est ainsi que j'expliquerais la situation à mon enfant... si j'en avais un

Et vous, comment feriez-vous ? 
Le débat est ouvert !

Lucie Laval dans Débats.
- 685 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.