Livre Paris - Compte-rendu

Ce texte est une réponse à Actus #5 de Administrateur.

Compte-rendu du Salon du livre de Paris

J'ai eu la chance de pouvoir assister cette année aux quatre journées du Salon du livre de Paris, rebaptisé cette année Livre Paris. Cela m'a donné une idée assez précise de ces festivités littéraires, leurs qualités et leurs défauts, ce qu'il ne faut pas manquer et ce que l'on peut laisser de côté. Mais j'ai surtout appris une chose : enchaîner quatre jours de salon est une tâche périlleuse dont on ne sort pas indemne : l'épuisement vous guette et il vaut mieux privilégier deux bonnes journées de salon plutôt que quatre jours dont vous pouvez potentiellement sortir en mauvais état, parce que les bonnes choses, c'est toujours très fatigant

Appréciation générale

J'avoue que je me rendais au salon du livre de Paris avec beaucoup de méfiance et de scepticisme. Cela fait plusieurs années déjà que ce salon reçoit de dures critiques sur son organisation, son élitisme et son mercantilisme. Plusieurs éditeurs de renom (Fayard par exemple) mais aussi de nombreux blogueurs avaient décidé encore cette année de boycotter l'événement. Ce que je peux comprendre. Mais comme c'est un événement que je n'avais pu qu'entrevoir le temps de quelques heures les années précédentes, je voulais me faire ma propre idée. Et voici ce que j'ai pu rassembler sur les principaux défauts et qualités de Livre Paris cette année :



Mais dans l'ensemble, il m'a semblé que c'était un événement plutôt réussi cette année, malgré les enjeux de sécurité et d'organisation qu'un tel événement implique. Le programme de conférences en particulier était riche et présentait des contenus très intéressants. Je ne tarderai d'ailleurs pas à publier les notes que j'ai pu prendre lors de certaines de ces tables rondes. 

Les exposants 

Les exposants étaient évidemment très nombreux et très variés, il y en avait 979 cette année. Alors que faire, où donner de la tête ?! Pour ma part, j'estime que comme il est impossible de les rencontrer tous, de découvrir leur travail etc., autant développer de beaux moments d'échange avec certains d'entre eux seulement, ceux qui ont su accrocher mon regard. Parfois grâce à leurs couvertures, belles ou au format atypique, parfois grâce à un "bonjour" engageant ou à un sourire. C'est ainsi que j'ai pu découvrir cette année des maisons d'édition que je n'avais encore jamais croisées jusqu'alors et qui sont pour moi de très belles découvertes. Mon conseil est de vous laisser porter par vos pieds et par vos yeux, qui vous amèneront tout naturellement à faire de belle rencontres.

Les conférences et animations

Tout au long du salon, de nombreuses conférences et tables rondes étaient organisées. J'ai pu assister à quatre d'entre elles (L'avenir du livre en Europe, Encrés dans le réel, Les belles étrangères, Forever Shakespeare) et je dois avouer que j'ai été impressionnée par la qualité des échanges et de la réflexion. Même si certains intervenants défendaient évidemment leur fond de commerce, cela n'a jamais dérangé le bon déroulement d'une table ronde. Deux petites critiques cependant : il est dommage qu'il ne soit pas possible d'intervenir en posant quelques questions à la fin des conférences et certains auteurs sont si contents d'eux-mêmes qu'ils sont difficiles à écouter. Mais cela...

Les dédicaces

Venir au salon du livre c'est évidemment l'occasion rêvée pour faire dédicacer vos livres préférés. Pour ma part je préfère tomber par hasard sur des auteurs que je connais pas, je ne suis pas très "groupie", mais ça n'engage que moi. En revanche si j'ai un conseil à vous donner, dans le cas où l'auteur à qui vous voulez faire dédicacer un livre est "connu", allez-y en avance ! Les queues sont longue et vous n'avez aucune garantie de repartir avec une signature. A mon sens les dédicaces les plus intéressantes à faire sont avec des illustrateurs : premièrement parce que le livre s'en trouve réellement embelli, deuxièmement parce que le temps de faire le dessin, vous avez un peu le temps de discuter.



 

La meilleure journée

Bien sûr, pour choisir la meilleure journée, il faut tout d'abord savoir sur quels critères on se base : je parle de la meilleure journée en tant que visiteur, pour tout un chacun qui souhaiterait profiter pleinement du salon dans un niveau de confort correct. Selon moi, la meilleure journée de ce point de vue là est le vendredi. Il n'y a pas encore trop de monde mais cela commence à s'animer ; les exposants ont pris leurs marques depuis la veille et sont généralement aimables. C'est sans hésitations le jour que j'ai préféré. 

Trouver la perle rare

Il est rare de repartir du salon du livre les mains vides, et pourtant il est tout aussi rare de trouver un livre qui nous a vraiment tapé dans l’œil, la petite pépite que vous êtes fier de ramener à la maison... parce que l'offre est pléthorique ! C'est comme les soldes il faut vraiment avoir la main, et fouiner, fouiner, fouiner... Par exemple j'avais bien fouiné toute la journée du vendredi et j'avais enfin trouvé un éditeur qui m'intéressait et dont les livres sortaient vraiment de l'ordinaire. J'en avais repéré un en particulier qui m'intéressait beaucoup. N'ayant pas de liquide sur moi, je me dis que je pourrai l'acheter le jour suivant. Et bien croyez-le si vous le voulez, j'ai eu beau retourner le salon pendant deux jours, impossible de le retrouver ! D'autant que j'avais oublié son nom... Et oui, on ne change pas une équipe qui gagne !


Et vous qu'en pensez-vous ? Le salon du livre de Paris, ça vaut le coup ou pas ?

Lucie Laval dans Débats.
- 472 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.