Papier et numérique : un éternel conflit ?

Ce texte est une réponse à La lecture en danger ? de Lucie Laval.

Ebook et Papier : l'éternel débat

Depuis l'apparition du livre numérique, l'ebook, la polémique fait rage : le livre numérique représente-t-il la fin du livre papier ? Il nous faut détailler un peu le contexte. Il faut savoir que lorsque les premières collections de livres de poche ont vu le jour, tout le monde a prédit la mort du grand format, puis la perte de valeur de l'objet livre, et enfin, l'émergence d'un "droit de mépris" vis-à-vis de la littérature qui n'existait pas auparavant. Or, il me semble que le livre grand format est toujours bien vivant, et que beaucoup de gens ont encore de l'admiration et de l'enthousiasme pour la littérature...

Et puis bien souvent, dans les débats papier/numérique, c'est une histoire d'affects, d'amour, que dis-je, de passion ! Car ce débat monopolise des amoureux, des passionnés, des personnes qui parlent avec leurs tripes, leur cœur et parfois même avec leurs têtes... Les amoureux de livres papier vantent la valeur et la beauté de l'objet, l'attachement qu'on lui porte, le confort de lecture ; tandis que les amateurs de lecture numérique prônent les qualités pragmatiques, révolutionnaires de la liseuse. 

Pour ma part, je lis davantage en papier car j'ai acquis tellement de livres ces dernières années que je culpabilise à chaque fois que les livres pas encore lus me dévisagent depuis mes étagères, ma table de chevet, mon bureau... Mais j'apprécie aussi de lire sur liseuse. J'avoue cependant que je me sens beaucoup moins coupable de ne pas lire sur ma liseuse car finalement, une liseuse n'est pas un livre, ce n'est qu'un support. Pas d'obligation donc ! #consciencetranquille

Les Petits Spleens Numériques d'Antoine Compagnon

De Baudelaire à Compagnon

Antoine Compagnon est un professeur (au Collège de France) très connecté. Sa spécialité, Baudelaire et ses Fleurs du Mal. Or, il souligne dans ce petit ouvrage paru aux éditions des Equateurs en Octobre, Petits Spleens Numériques, la férocité ambiguë que Baudelaire exprima régulièrement à l'encontre de la Modernité. La Modernité est surtout représentée par les journaux qui font progressivement leur apparition au XIXème siècle et en particulier la presse quotidienne. 

Baudelaire se montre très critique vis-à-vis de cette presse racoleuse tout en cherchant incessamment à y publier ses écrits... Étrange paradoxe - mais Baudelaire n'était-il pas l'homme des paradoxes - qui fait que Baudelaire a principalement gagné sa vie en tant que journaliste. Dans ses Petits Spleens Numériques (référence évidente aux Petits Poèmes en prose), Antoine Compagnon se décrit dans une situation similaire à Baudelaire, tiraillé qu'il est entre les livres papier et la lecture numérique. Il est vrai cependant qu'il se montre beaucoup moins sévère que notre éminent poète...

La lecture numérique au quotidien

Antoine Compagnon nous parle au gré de ses Petits Spleens Numériques de lui-même en tant que lecteur, lecteur papier ET lecteur numérique. Lui qui est extrêmement mobile (il voyage pour donner des conférences aux quatre coins du monde), sa liseuse l'accompagne dans tous ses déplacements. Il nous raconte ainsi comment, à travers sa liseuse, il a accès à tous les grands Classiques du domaine public, ce qui lui permet de relire et de redécouvrir des romans qu'il avait lu dans sa jeunesse. Cela me fait rire, car c'est exactement l'usage que je fais de ma liseuse, je n'y lis que les Classiques, à la différence que bien souvent, je les découvre pour la première fois.    

Mais il aborde également des pratiques numériques omniprésentes dans notre quotidien et d'autres un peu moins connues du grand public : la lecture de la presse sur mobile et sur tablette, la manie du PowerPoint, l'omniprésence des applications mobiles, les trésors numériques de Gallica (la plateforme numérique de la BNF), les MOOCs, EDx et autres TEDx développés par les Universités... Ce petit ouvrage nous fait donc prendre conscience de la place que le numérique tient maintenant dans nos vies, et des révolutions en cours qui continuent de transformer notre vie à venir. C'est assez vertigineux quand on pense qu'il y a 20 ans, le numérique en était à ses balbutiements...

Des chroniques numériques imprimées en livre papier

Voilà un joli paradoxe ! En effet ces courtes chroniques étaient à l'origine des articles de presse publiés sur un blog du Huffington Post entre 2012 et 2013. Les éditions des Équateurs ont permis d'en faire un livre. Ce livre possède surement une version numérique. Et l'on voit ainsi que la boucle est bouclée, que le papier et le numérique se complètent l'un l'autre, et que les réflexions d'Antoine Compagnon sont désormais à la disposition à la fois des lecteurs papier et des lecteurs numériques. C'est beau la technologie...

Pour une lecture libre et globale

Un autre refrain que l'on nous serine en permanence est le suivant : les gens ne lisent plus, les jeunes en particulier, le lecteur est mort ou en passe de l'être, nous assistons à l'apocalypse de la lecture... Je force un peu le trait mais à peine. Pour moi, je vous le dis franchement, un monde sans lecteurs relève de la science-fiction. 

D'ailleurs, ce débat est sel'on moi - j'attends vos avis - complètement contre productif. Si nous avons la chance d'avoir des personnes qui aiment lire, pourquoi les en dégoûter avec un débat stérile qui leur interdirait telle ou telle forme de lecture ?! En réalité, cette question est avant tout un débat commercial qui s'est invité dans la sphère des particuliers. Pour les professionnels du livre, la question du numérique est bien évidemment primordiale, pour des enjeux financiers évidents. Pour les individus en revanche, j'ai simplement envie de dire : Lisez !! A pied, à cheval ou en voiture, lisez un point c'est tout !



Retrouvez les Petits Spleens numériques d'Antoine Compagnon aux Editions des Equateurs : http://editionsdesequateurs.fr/aParaitre/oo/PetitsSpleensNumeriques

Lucie Laval dans Débats.
- 778 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.