Pour ou contre la rentrée littéraire

Ce texte est une réponse à Top 8 des meilleures positions de lecture de Lucie Laval.

La rentrée littéraire : un étrange concept

Suis-je la seule à trouver que la rentrée littéraire est un concept étrange ? Et d'où vient-il, après tout, ce petit rituel du monde des livres ? Il ne date pas d'hier... l'expression aurait été utilisée pour la première fois en 1936 dans la presse, mais il semble que cette pratique se soit développée dans les salons en vogue de Paris (Rambouillet, Scudéry, Staël...) dès le XVIIIème siècle. Aujourd'hui consacrée comme LA période de l'année dédiée aux découvertes littéraires, la rentrée littéraire se fait de plus en plus gargantuesque. 

Pas moins de 589 ouvrages au menu de cette rentrée ! C'est vertigineux... Et quel timing déplorable ! Juste au moment où l'on reprend le travail, l'école, les activités diverses et variées. La rentrée littéraire est un concept bancal, et pourtant il plait ! Les médias en parlent tous les jours : une véritable période de teasing qui nous laisse présager l'arrivée imminente des fameux prix littéraires et en particulier le prix Goncourt. La rentrée littéraire est donc le buzz annuel du monde du livre, et comme nous aimons les livres, nous aimons la rentrée littéraire. Et pourtant...

Pour ou contre la rentrée littéraire ?

En effet, si la rentrée littéraire fait des adeptes pour des raisons commerciales évidentes et parfois même pour l'amour des livres, elle est bien souvent critiquée. Nombreux sont ceux qui se sentent incapables de choisir parmi les 500 et quelques ouvrages présentés à cette occasion : ce raz-de-marée livresque serait plutôt de nature à les décourager de se plonger dans un bouquin. D'autres vivent cet événement comme une opération purement commerciale orchestrée par les éditeurs et les libraires pour faire grimper les ventes avant les prix littéraires et le boom de la fin d'année. 

Cependant, la rentrée littéraire a aussi ses adeptes. Pour les amoureux du livre, ils ne peuvent que se réjouir que toute l'attention des médias et du public soit soudain focalisée sur la littérature. La rentrée littéraire est également un bon prétexte pour se plonger dans une bonne lecture et découvrir de nouveaux auteurs. Enfin, la rentrée littéraire est l'occasion d'échanger autour de l'objet livre et de sa capacité à toujours se réinventer au fil des auteurs et des sensibilités. Alors à vous de voter : pour ou contre la rentrée littéraire ?

Le Challenge 1% de la rentrée littéraire

Il existe un remède à la rentrée littéraire, à cette angoisse de ne pas pouvoir tout lire : c'est le Challenge 1% ! Initié il me semble par le blog Délivrez des livres, ce challenge nous met au défi de lire 1% des livres présentés dans le cadre de la rentrée littéraire, soit 6 livres pour cette année ! Voilà un compromis à la fois tentant et raisonnable. Une difficulté demeure cependant : faire un choix !

Pour ma part, mon choix s'est porté sur des ouvrages très différents. Tout d'abord, Miniaturiste de Jessie Burton aux éditions Gallimard ; il était annoncé que les amateurs de La Jeune fille à la perle de Tracy Chevalier seraient comblés, je n'ai pas pu résister. Juste avant l'oubli d'Alice Zeniter chez Flammarion. L'Existence précaire des héros de papier de Jean-Pierre Enard chez Finitude. Et trois titres chez Actu SF : Les neiges de l'éternel de Claire Krust, Philip K. Dick, Simulacres et illusions de Richard Comballot et La Métaphysique du Vampire de Jeanne-A Debats. 
Maintenant il me faut trouver du temps, du temps et encore du temps, pour tout lire et tout chroniquer. Go ! Retrouvez le challenge 1% ici http://rentreelitteraire.delivrer-des-livres.fr/category/rentree-litteraire-2015/

Lucie Laval dans Débats.
- 666 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.