L'Avare de Molière

Un homme seul

Forcément, l'avarice ça isole... L'Avare de Molière, c'est un homme veuf, père de deux enfants qu'il élève avec une grande économie ; même en compagnie de son fils et de sa fille, il peut se considérer comme isolé car les nombreux apartés que se font entre eux le frère et la sœur l'excluent du cœur des conversations. Il est donc seul, cet homme. 

Il faut dire qu'il l'a bien mérité : il n'a pas de cœur ! Et en plus il est ridicule. Sa seule préoccupation, c'est son trésor, qu'il a enterré au fond du jardin. Il est si avare que son fils est obligé d'avoir recours a un usurier pour subvenir à ses besoins. Manque de chance, il découvre vite que l'usurier en question n'est autre que son père : scandale ! Enfin, c'est la goutte qui fait déborder le vase : le seigneur Harpagon annonce un beau jour à ses enfant qu'il veut se remarier avec la jeune et jolie Marianne, dont son fils Cléante est justement profondément épris... vous l'aurez compris, le seigneur Harpagon n'est pas le père rêvé : tyrannique, abusif, manipulateur... mais manipulera bien qui manipulera le dernier !

Tuer le père 

Dans cette pièce de Molière, l'avare est à éliminer. Il est celui qui s'oppose au bonheur de chacun. Fort du principe sel'on lequel on ne conteste pas la volonté d'un père, il en use et en abuse. Alors il faut l'éliminer. De nos jours, nous pourrions imaginer une plainte pour abus de confiance et harcèlement moral, un procès très médiatisé où l'homme serait encore davantage diabolisé, le spectre de l'inceste faisant subitement son apparition pour flotter quelques instants au dessus de l'Assemblée sidérée... puis la sentence, irrévocable, d'internement dans un centre psychiatrique isolé sur une île inhospitalière...

Bref, tout le burlesque et le grotesque de la pièce aux oubliettes. Donc n'y pensons plus. La solution de Molière est bien plus comique, tout à fait théâtrale (ce qui sied particulièrement à une pièce de théâtre me direz-vous). Je vous laisse la découvrir ou la redécouvrir si cela fait un petit moment que vous n'avez plus fréquenté Molière. 

Pourquoi lire Molière ?

Il se peut que les œuvres de Molière soient pour vous associées à l'univers scolaire et aux examens du Brevet des collèges ou du Baccalauréat. Vous avez longtemps contemplé la couverture de livre en la considérant comme un obstacle à votre forte envie d'aller à la plage et de profiter du beau temps...Vous avez finalement commencé les premières pages et constaté que c'était écrit à l'ancienne, avec des expressions pas commodes et des situations d'un autre âge. Vous avez souri à quelques répliques amusantes, et puis vous avez de nouveau pensé à la plage. Et tout était fini entre Molière et vous. 

Well, let's try again! Le temps des examens et maintenant révolu, ou alors vous êtes en plein dedans et il faut vous motiver, ou encore vous aimez le théâtre et n'avez besoin de que de cet argument pour vous lancer dans Molière. Quoi qu'il en soit, ce qu'il y a de bien avec Molière, c'est qu'il est partout. Toutes les maisons renferment dans une étagère des pièces de Molière, œuvres complètes ou petits opuscules, il manque rarement à l'appel, c'est un incontournable. Installez-vous confortablement et imaginez un théâtre du XVIIème siècle, des costumes somptueux et la cour du roi. Commencez votre lecture et pensez à ces personnages : certes, ils sont un peu outrés... mais ne connaissez-vous pas dans votre entourage des personnalités et des situations similaires ? La réalité est bien plus grotesque que ce que nous pensons : et Molière nous la sert sur un plateau, un peu plus colorée peut-être, mais si drôle, et si vraie !

Lucie Laval dans Un Homme – Une Femme.
- 1052 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.