Romeo et Juliette

Le couple emblématique de l'amour passionnel

Il était en effet impensable de contribuer à une chronique intitulée "Un homme - une femme en littérature" sans évoquer les amants maudits de Shakespeare ! Mais saviez-vous que les célèbres Roméo et Juliette tirent leur origine de récits bien antérieurs à celui du plus fameux des dramaturges anglais ? En effet, Ovide relate dans ses Métamorphoses l'histoire de Pyrame et Thisbé, qui ressemble à de nombreux égards à celle de Roméo et Juliette. 

Plus tard, Xénophon d'Ephèse reprend une histoire similaire dans sa pièce Les Ephésiaques ; puis c'est au tour de Dante d'aborder la querelle entre les Capulet et les Montaigu dans sa Divine Comédie. Ensuite un certain Luigi Da Porto donne à voir pour la première fois en 1530 une pièce intitulée Giulietta e Romeo... Et ainsi de suite, jusqu'à ce que William Shakespeare décide en 1597 de cristalliser l'ensemble de ces intrigues en une seule, si unique qu'elle en fera oublier toutes les autres... 

La scène du balcon

La scène du balcon est peut-être celle à laquelle on pense le plus immédiatement lorsqu'on évoque Roméo et Juliette. Il faut dire qu'elle est, à la fois sur le plan symbolique et sur le plan pratique, tout à fait idéale dans le cas d'un amour impossible. Le balcon est un espace qui constitue un entre-deux : pas tout à fait en dehors de la maison de Juliette, mais pas tout à fait à l'intérieur, il est l'endroit où Roméo parvient à braver les interdits. Sa posture aérienne en fait un piédestal pour cet amour naissant et en principe inaccessible.

Si l'on y réfléchit bien, la scène du balcon est également  un des seuls instants où Roméo et Juliette se trouvent seuls ensemble. Après tout, les deux jeunes gens se connaissent très peu, et nous assistons entre ces deux personnages à un véritable coup de foudre ; littéralement. Il s'agit  en effet d'un amour absolu, sans appel, un amour de théâtre, un amour idéal : il se termine dans le sang et la mort, comme pour nous dire peut-être que même au théâtre, l'amour absolu n'est qu'un fantasme.  

Le sujet parfait en littérature 

L'amour impossible est le sujet parfait en littérature. Il rassemble tous les éléments propices à une bonne intrigue : amour, drame, tension sexuelle, désespoir, quête d'un bonheur inaccessible, transgression... Mais c'est aussi un sujet facile et très rebattu, c'est là le piège. Il faut donc que le décor, les personnages secondaires, le contexte et l'atmosphère du texte soient profondément originaux. 

C'est là que Shakespeare fait preuve d'une grande virtuosité. Les personnages secondaires abondent dans sa pièce : la nourrice, Mercutio, Tybalt, Benvolio, l'apothicaire... sans pour autant faire de l'ombre aux deux amoureux. Les scènes se succèdent, passant de la jeune poésie du balcon aux propos grossiers et hilarants de la nourrice. La haine que se portent les deux familles répond à l'amour des deux jeunes gens. La complexité des ruses mises au point par les amants et leurs alliés, et qui aura raison de leurs vies à tous deux, n'a d'égale que la simplicité de leur amour. Il est là, incontournable, non négociable. De quoi inspirer encore des générations d'écrivains pour les siècles à venir !

Lucie Laval dans Un Homme – Une Femme.
- 564 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.