Les Diaboliques - Barbey d'Aurevilly

Ce texte est une réponse à Jules Barbey d'Aurevilly - L'Ensorcelée de Lucie Laval.

Un recueil de nouvelles diaboliques

J'ai toujours beaucoup aimé les nouvelles, car elles savent créer en nous en un rien de pages une impression profonde et durable. Les cinq nouvelles regroupées sous le titre des Diaboliques par Barbey d'Aurevilly sont de venimeux petits bijoux. Comme leur nom l'indique, elles proposent des contenus qui flirtent avec les malédictions, les sacrilèges et le blasphème... la mort aussi. 

Barbey sait à merveille comment enchâsser son récit, le perdre dans les témoignages de plusieurs voix, parfois discordantes, si bien que l'on ne sait plus distinguer le vrai du faux. Dès lors on se met à croire aux histoires les plus invraisemblables. Il y a quand même une scène dans la nouvelle A un dîner d'athée où un homme et une femme se lancent à la figure le cœur embaumé de leur bébé mort en bas âge, pour la raison que la femme vient d'affirmer à son mari qu'il n'est pas le père... Il fallait oser !

La femme criminelle

Comme le dit Barbey dans sa préface, "Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas les Diaboliques ? N’ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom ? Diaboliques ! il n’y en a pas une seule ici qui ne le soit à quelque degré."  Car en effet ce sont des femmes qui répandent sous nos yeux ébahis toute la duplicité du crime et ses multiples facettes. 

Barbey nous raconte dans Le Bonheur dans le crime l'histoire d'un jeune couple qui pour pouvoir jouir en paix l'un de l'autre n'hésite pas à empoisonner l'épouse de Monsieur... et ce pour vivre ensuite dans la plus grande félicité, sans l'ombre d'un remord. Et pas de "Papa Poirot", Hercule de son prénom, pour redresser la situation, non... le narrateur les laisse filer en toute impunité !

Le polar sans la condamnation

Car le plus étrange dans ces cinq petites nouvelles, c'est que les coupables demeurent impunis. Notre instinct de voyeur chevronné est satisfait par l'explication des crimes odieux de ces personnages. On s'attend cependant à un quelconque retour de bâton, quel qu'il soit. 

Mais vous pouvez toujours attendre. Barbey nous peint, dans des décors fantastiques et nauséabonds, une des grandes vérités de la vie : bien souvent, c'est l'assassin qui s'en sort !  Retrouvez Les Diaboliques de Jules Barbey d'Aurevilly au Livre de pochehttp://www.livredepoche.com/les-diaboliques-jules-amedee-barbey-daurevilly-9782253036548

Lucie Laval dans Lieux d'écriture.
- 554 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.