Malagar chez François Mauriac

Un domaine familial 

Dans la région de Bordeaux, de Langon plus précisément, se trouve le domaine de Malagar, maison familiale des Mauriac. Tout est resté en l'état, ou presque : le mobilier devenu terne avec le temps, les portraits de famille, les livres ça et là, les objets qui faisaient le quotidien de nos grands parents... de tout cela émane beaucoup de poésie, de calme, et d'austérité. Je ne sais pas si l'on s'amusait beaucoup chez les Mauriac, j'ai comme un doute.

J'ai visité ce domaine en plein été, dans une chaleur caniculaire. Le jardin et le verger bourdonnaient d'activité, les fameuses roses de l'entrée étaient déjà fanées mais le soleil donnait au bâtiment un air d'invincibilité, de calme tranquille et sûr de lui, une beauté à la fois sobre et relativement majestueuse... en hiver cela doit être bien différent. Le gris de cette saison doit envahir chaque pierre, chaque ombre et l'amplifier. L'humidité doit devenir omniprésente et la maison se dresser, du haut de son promontoire, tel un refuge de résistance au froid et à la grisaille. 

Telle maison, tel maître

On dit souvent que les chiens ressemblent à leur maître, ce qui relève d'une certaine logique car notre amour propre nous incite à nous choisir un compagnon à notre image. Il en est de même pour les maisons. Nous aimons à les construire, les modeler à notre image. Examinons la maison de Mauriac. C'est un vaste ensemble qui fut sans doute jadis une exploitation agricole. Les dépendances, écurie, étable etc. en attestent. La balustrade de pierre  qui orne l'entrée principale l'a embourgeoisée. Les pièces sont relativement petites, et nombreuses, comme il convient aux familles vastes. Le mobilier se veut sobre mais confortable, de belle facture tout de même. Du moins ce sont les souvenirs et impressions que j'en garde. 

Dans une des dépendances de la maison se trouve une exposition de photos de Mauriac et de sa famille. Mauriac, grand et mince, la tête un peu penchée, nous dévisage d'un air mi figue mi raisin. Visiteur, pourquoi viens-tu scruter ma vie ? Parce que je suis curieux de te connaitre. Alors regarde de tous tes yeux, répond-il en souriant, tu n'apprendras rien... Et son regard fuyant nous pousse vers une autre photo, en quête de réponses, pour satisfaire enfin notre curiosité. 

Les maisons d'écrivains

Il y a cela de fascinant avec les maisons d'écrivains que nous nous attendons à ce que leur personnalité nous soit dévoilée soudain, pendant la visite de ce lieu qui fut le leur, où ils écrivirent ces œuvres que nous admirons. Cela arrive parfois, comme pour Victor Hugo qui aimait mettre un peu (ou beaucoup) de lui-même dans son mobilier, ses salons, ses intérieurs. Mais le plus souvent, l'écrivain demeure une énigme, malgré cet aperçu de son quotidien. Car l'écrivain ne vit pas seul après tout, pourquoi ne pas songer que sa famille avait son mot à dire dans la couleur des tapisseries ? Une maison, c'est un travail d'équipe... 

Donc une maison d'écrivain c'est à la fois une réponse et une énigme. Elle nous dévoile un pendant de la personnalité de celui que nous admirons, et nous impose mille nouvelles questions auxquelles nous n'avions pas pensé. C'est un piège donc, certes, mais aussi une inépuisable source de curiosité et de rêverie.   Toutes les infos pratiques sur la demeure de François Mauriac c'est icihttp://malagar.aquitaine.fr/

Lucie Laval dans Lieux d'écriture.
- 525 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.