Terry Pratchett : Les Annales du Disque-Monde

Fantasy : littérature de l'imaginaire

L'imaginaire est un lieu privilégié de la littérature ; les Littératures de l'imaginaire, quant à elles, sont fertiles en lieux étranges et mystérieux où la seule règle reste que le surnaturel y est le baromètre de la normalité. Magie, esprits, mythes et sorcellerie s'y croisent avec naturel et spontanéité. La Fantasy est un genre qui par nature invente et créé de nouveaux lieux, des lieux fictifs, qui n'appartiennent qu'à la littérature, et dont le cinéma s'empare quelquefois, pour leur donner un semblant illusoire de réalité.

Le monde créé par Terry Pratchett et qui a pour nom le Disque-Monde est un vaste plateau porté par quatre éléphants eux-mêmes supportés par A'Tuin, une gigantesque tortue marine dont le rôle est de progresser vers le But Ultime dans l'Univers. Le disque en lui-même comprend de nombreux royaumes, plus ou moins saturés de magie, allant de la cité humaine d'Ankh-Morpork, repère de héros avinés et bravaches, au royaume de Wyrmberg, qui abrite les derniers dragonniers de ce monde... Il est extrêmement difficile de "faire de la bonne fantasy" car c'est un genre très galvaudé, très à la mode, et très malmené. Mais la prose de Terry Pratchett est juste, et les mondes qu'il donne à voir sont tous empreints de la finesse qui transparaît dans son écriture.

Fantasy Burlesque : la transgression par le rire

Les Annales du Disque Monde de Terry Pratchett s'évadent elles-même du lieu d'écriture qu'est la Fantasy en tant que genre, car il s'agit en réalité de Fantasy Burlesque : autrement dit de la fantasy avec le sens de l'autodérision. 

Le personnage de la Mort est ici emblématique, car il incarne cet "esprit burlesque". Il court après Rincevent, le mage raté censé protéger le touriste Deuxfleurs malgré tous les ennuis que s'attire ce dernier. La Mort le traque et le rencontre à plusieurs reprises, car les mages ont le privilège, lorsqu'ils meurent, d'être emmenés par la Mort elle-même et non par un quelconque assistant ou stagiaire de passage. Mais chaque fois, Rincevent parvient à s'échapper, tel un courant d'air - soulignons à quel point il porte bien son nom ! Ces entretiens avec la mort (je t'aime, moi non plus), hilarants pour la plupart, nous montrent comment le Rire, qui habituellement ne fait pas bon ménage avec la Mort, produit une transgression qui nous ouvre de nouveaux horizons littéraires

Ce monde étrange qui est le nôtre

Ce long cheminement que nous fait faire Terry Pratchett à travers le Disque-Monde a une issue pour le moins paradoxale et précisément burlesque. L'arrivée du touriste Deuxfleurs à Ankh-Morpork nous met la puce à l'oreille. Ce lieu commun des temps modernes, le touriste, nous le retrouvons comme étrangeté parmi les brigands et les héros de la cité, cité qui sera dans le chapitre suivant détruite par un incendie provoqué indirectement par Deuxfleurs lui-même (et tout à fait malgré lui). Qu'en conclure ? Le touriste, qui appartient précisément à notre monde, détruit les mondes imaginaires qu'il traverse. 

Ankh-Morpork, le temple de Bel-Shamharoth... l'association incongrue du faux mage Rincevent avec le touriste Deuxfleurs fait des étincelles, dangereuses et destructrices. Cela parvient même à les mener dans un avion en plein vol, et à neutraliser un pirate de l'air. Un bref aller-retour dans notre monde, mais tout de même en dehors, entre Ciel et Terre... C'est toute la difficulté pour les héros de cette saga : la quête de leur lieu ! 


Retrouvez toutes les Annales du Disque-Monde aux éditions L'Atalantehttp://www.l-atalante.com/catalogue/la_dentelle_du_cygne/la_huitieme_couleur/48/848/terry_pratchett/detail.html

Lucie Laval dans Lieux d'écriture.
- 1170 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.