Kabuliwallah - Rabindranath Tagore

Un auteur du XIXème siècle qui nous vient de Calcutta !

J'ai découvert en feuilletant le catalogue des Editions Zulma un très joli recueil de nouvelles de Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature en 1913 : Kabuliwallah. Chaque nouvelle de ce recueil retrace le destin d'un personnage, souvent un enfant ou une jeune fille, dans la société indienne de la seconde moitié du XIXème siècle et la première moitié du XXème. Ce sont généralement des destins tragiques dont nous lisons les mésaventures, impuissants et attristés, face à l'acharnement de leur entourage ou tout simplement de ce qu'on appelle, faute de mieux, le sort.

Plusieurs nouvelles m'ont profondément marquée : celle de cette belle jeune fille délaissée par son mari et qui parvient à le rendre fou de rage en paraissant dans toute sa splendeur sur la scène du théâtre de la ville ; celle de ce jeune homme libre comme le vent qui ne se laisse retenir par aucune forme de confort ou d'affection ; cette de ce vieillard rendu fou par la misère, qui finit tout simplement par disparaître sans laisser de traces. Enfin, l'histoire de cette petite fille qui aimait tant écrire dans son petit carnet et que le mariage, sous la forme d'un mari violent et abusif, coupera à jamais de l'écriture... 



Des nouvelles envoûtantes et tragiques

Ce recueil m'a littéralement envoûtée... J'ai été soudain projetée dans une époque qui me paraissait si lointaine, si étrangère à tout ce que je connais et pourtant si proche. Ce monde de castes, de mariages précoces, de crimes et de passions dévorantes, c'est l'histoire de l'humanité. Mais à Calcutta et en Inde, cette humanité a ses propres codes, ses propres malédictions.  Et malgré la violence des faits retracés par l'auteur, on sent la marque du temps qui passe et qui efface, peu à peu, les blessures et les souvenirs ; si bien que paradoxalement, le rythme de ces récits est souvent paisible, comme une eau qui dort en dissimulant ses noyés. Le Gange, évidemment. 

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce recueil : un plaisir de lecture intense. Parce que chaque récit renferme un monde étrange et intriguant, des conventions et des traditions, une vision très différente de la mienne sur le monde et sur les gens. J'aime achever un livre en me disant qu'il m'a transformée, qu'il m'a fait évoluer. C'est clairement le cas pour ce recueil de Rabindranath Tagore



  

Un dépaysement total, une invitation au voyage 

Si je devais caractériser en quelques mots ces nouvelles de Rabindranath Tagore, je dirais qu'elles sont poétiques, douloureuses et étrangement séduisantes. Le style de cet auteur est quasiment hypnotique, il nous berce et nous captive. Ça a été pour moi complètement dépaysant et je l'ai vécu comme une véritable invitation au voyage. J'ai désormais hâte de visiter l'Inde et de m'y rendre avec ce recueil de nouvelles dans mon sac. Un nouveau projet propice aux rêveries douces de fin de soirée... c'est tout à fait ce qu'il me fallait.   

Lucie Laval dans Littérature Etrangère.
- 592 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.