Les petits pains de la pleine lune - Gu Byeong-mo

Chers librosophes, cela fait un long moment que je n'avais pas posté de chroniques sur Librosophia ! Changement de vie oblige, j'ai déménagé, quitté mon job, monté ma boite et tout cela prend beaucoup, beaucoup de temps... C'est pourquoi j'ai été moins active sur le site récemment mais je reprends du service ! Au passage, j'espère que vous allez tous bien et merci de votre fidélité sur Libro

Un petit bijou de littérature coréenne ! 

C'est grâce à mon amie Laura du blog La Bibliothèque de Glow (à découvrir au plus vite : http://labibliothequedeglow.fr/) que j'ai lu ce petit roman de Gu Byeong-Mo. Je ne connais que très peu la littérature coréenne et je dois dire que j'ai découvert un monde étrange et merveilleux, celui d'un adolescent Coréen, perturbé par un drame familial sordide. Face à l'abandon de sa mère, les injustices de sa belle mère et l'indifférence insoutenable de son père, il finit par déserter progressivement la maison familiale, n'y rentrant que tard le soir, sachant pertinemment qu'aucun repas ne l'y attend. 

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il se rend tous les jours dans une petite boulangerie dans laquelle il achète de quoi se sustenter. Une pâtisserie sise à quelques mètres de son immeuble, ouverte 24/24, dont le patron est doté d'une personnalité plus qu'étrange... Car en réalité, il s'agit d'un magicien

Réenchanter les drames du quotidien

Ce petit ouvrage nous livre un monde intermédiaire entre la cruauté du quotidien et l'enchantement (ou le désenchantement) du rêve et de la magie. Ces deux univers se côtoient sans vraiment s'inter-pénétrer, jusqu'à la toute fin du récit - ou du moins les fins possibles mises à notre disposition par l'auteure. 

Notre héros se voit un jour obligé de fuir précipitamment de chez lui - pour des raisons que je ne divulguerai pas : vous n'avez qu'à lire le livre ! Et il se réfugie chez le mystérieux boulanger, qui accepte de le cacher à la police. C'est alors que le jeune homme se rend compte que la gentille serveuse qui lui sert tous les jours ses petits pains se transforme la nuit en oiseau ; que le magicien ne dort presque jamais et confectionne des gâteaux magiques qu'il vend sur son site internet ; que les effet de ces gâteaux sont bien souvent définitifs et qu'il ne faut pas les utiliser à la légère...

Littérature coréenne : un incontournable

J'ai été vraiment séduite par ce petit roman étrange. Le style est à la fois agréable et tranchant, il va droit au but, sans fioritures, tout en laissant échapper une poésie tout à fait particulière. Ce qui m'a frappée surtout, c'est la grande proximité que j'ai ressentie avec le personnage. J'imagine que j'attendais d'une lecture coréenne d'être davantage dépaysée. 

Mais en réalité, même si le quotidien du héros est relativement similaire au nôtre (jusqu'à sa fugue), les différences sont bien présentes, exposées dans le récit de façon très subtile : les relations au sein de la famille, le fonctionnement des agences matrimoniales, la protection (ou la mise en danger) de l'enfance, le rapport à la magie... Encore un grand merci Laura pour cette très belle découverte ! 

Découvrez l'interview de Gu Byeong-mo sur le site La Bibliothèque de Glow : http://bit.ly/2b5T1mI

Lucie Laval dans Littérature Etrangère.
- 1569 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.