Auteurs et écrivains

Quelle est la différence entre un auteur et un écrivain ? 

Ces deux mots sont souvent utilisés sans différenciation et comme des synonymes, ce qui n'est pourtant pas le cas ! Le terme d'auteur est générique ; sa racine latine, "auctor", signifie "qui est la cause de". Donc nous sommes les auteurs de toutes les choses dont nous sommes la cause : un roman, une recette de cuisine, une chanson, un meurtre, une catastrophe nucléaire... La notion d'auteur peut également couvrir de nombreuses sous-catégories : romancier, dramaturge, poète, philosophe, essayiste, entre autres. 

L'écrivain, quant à lui, est l'auteur qui se consacre spécifiquement à la création d’œuvres littéraires, que ce soient des romans, des essais, des poèmes etc. On ne peut pas dire de quelqu'un qui est la cause d'un merveilleux tableau qu'il est un écrivain : c'est un peintre, si je ne m'abuse. Donc l'écrivain écrit des livres, et il est potentiellement celui dont le ou les livres ont été publiés, et qui parvient à vivre de sa profession d'écrivain. Car si l'auteur est un statut, l'écrivain est un métier, une profession. C'est d'ailleurs un notion qui n'apparaît que vers la fin du XVIIIème siècle. 

Les droits d'auteur liés au statut d'auteur

Il est amusant de constater que l'on parle des droits d'auteur, liés au statut d'auteur et non à la profession d'écrivain. Les droits d'auteur sont une structure juridique, philosophique et politique née en Europe au XVIIIème siècle. En effet suite à l'invention de l'imprimerie en 1450 par Gutenberg, les écrits se sont multipliés dans toute l'Europe, de même que leur exploitation économique, qui devient de plus en plus rentable. Il devient donc urgent pour les auteurs de ces textes publiés et vendus par les libraires de faire reconnaître leurs droits de paternité sur leurs œuvres. 

Une première loi surnommée "loi de la reine Anne" est promulguée en Angleterre en 1710 : l'auteur jouit alors d'un monopole de 14 ans renouvelable une fois sur la reproduction de ses écrits. C'est ensuite Beaumarchais lui-même qui prend le relais en 1777 en créant la première société d'auteurs pour lutter en faveur de la reconnaissance des droits d'auteur. Suite à la Révolution en 1793 on accorde à l'auteur le droit exclusif à autoriser la reproduction de ses œuvres jusqu'à sa mort, puis pendant cinq ans supplémentaires pour ses héritiers et ayant-droits. Aujourd'hui, une oeuvre ne tombe dans le domaine public que 70 ans après la mort de l'auteur !

Le statut particulier d'auteur auto-édité 

Attention ! Etre un auteur auto-édité ne comporte pas que des avantages, puisque l'on est alors considéré comme un entrepreneur et qu'il faut se déclarer en tant que tel ! Il cotise en tant qu'entrepreneur et s'acquitte des différents impôts et taxes tels que l'impôt sur les bénéfices, la taxe professionnelle et la TVA. Il s'agit donc de bien se renseigner avant de se lancer dans la grande aventure de l'auto-publication !

Quelques liens pour en savoir plus :
http://portaildulivre.com/fiscautautoedit.htm
http://leblogmia.com/lauto-publication-partie-7-statut-juridique-et-fiscalite/

Lucie Laval dans Métiers du livre.
- 2298 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.