Comment devient-on libraire ?

Ce texte est une réponse à Marine's Books : Blogueuse et Booktubeuse ! de Lucie Laval.
Chers librosophes, me voilà de retour pour vous faire entrevoir de nouveaux aspects de ce "monde du livre" qui nous passionne tant. La chaîne du livre rassemble quantités de métiers différents et complémentaires, et il n'est pas rare de découvrir des passionnés qui n'hésitent pas à les collectionner. Afin de vous faire un peu mieux découvrir l'univers du libraire, je suis partie à la rencontre de Laura, libraire et également blogueuse littéraire ! N'hésitez pas à aller voir son blog, la Bibliothèque de Glow, c'est par ici : http://labibliothequedeglow.fr/ 
Et découvrez tout de suite son interview ! 

Interview de Laura, libraire et blogueuse sur le site La Bibliothèque de Glow

Laura, tu es à la fois libraire et blogueuse littéraire : qu'est-ce qui t'a poussée à pratiquer ces deux activités et en quoi sont-elles complémentaires ?

Et bien en fait, avant de devenir libraire, j'étais blogueuse littéraire. En effet, j'ai créé La Bibliothèque de Glow en octobre 2007, c'est à dire en plein BTS. Je ne suis devenue libraire qu'après, en 2009. C'est d'ailleurs un support qui m'a aidée à prouver ma motivation aux différents employeurs que j'ai pu avoir. 

C'est très complémentaire car, pour le travail en librairie, je suis évidemment obligée de lire un maximum d'ouvrages, et pour que le blog soit "vivant" également. Il y a des choses que je n'aurais jamais pu lire si je n'avais pas ce blog et vice versa par rapport à mon métier. Bref, les deux sont très enrichissants !

Comment devient-on libraire ? Y a-t-il plusieurs voies pour y parvenir ?

Je pense qu'il y a une foule de voies autre que celles qui sont toutes tracées, quel que soi le métier que vous choisissez.
Traditionnellement, pour être libraire, il faut faire l'INFL (Institut national de formation de la librairie) que l'on surnomme également l'école du livre. Mais personnellement, quand j'ai fini mes études (dans la stratégie de communication), j'ignorais que cela existait. J'ai donc postulé dans ce qu'il y avait de plus près de chez moi, une Fnac à l'époque. Puis j'ai trouvé un travail dans un Espace Culturel Leclerc, puis suis passée responsable dans une librairie indépendante. Ceci est bien la preuve que la motivation ouvre d'autres voies que celles tracées !

D'autres deviennent libraires sur le tard, après une carrière parfois bien développée et souhaitent faire une reconversion en ouvrant leur librairie à la quarantaine ou la cinquantaine (et plus encore !), c'est aussi une autre voie pour y parvenir. Il existe d'ailleurs pour se faire des stages proposés par l'INFL ou encore l'ASFORED.



  

Quelle est ta "journée type" à la librairie ?

Alors, tout d'abord, quand j'arrive, je regarde la messagerie de la librairie car beaucoup de choses y transitent. De la commande client en passant par le représentant qui nous envoie le programme de nouveautés, c'est très important de savoir si on a bien traité tous les messages en cours. Après, en général, nous sommes livrés. La quantité de cartons varie, mais en moyenne nous en recevons entre 4 et 8 par jour. A Noël, cela peut tripler bien entendu. 

Les réceptions et le rangement sont une part très importante du travail de libraire, il ne faut pas la négliger. Un livre mal rangé sera un livre qui perd beaucoup de chances de se vendre. Évidemment, pendant que l'on fait les réceptions et le rangement, nous avons des clients. Donc les conseils, la tenue de la caisse ou encore les commandes et les emballages cadeau sont aussi à gérer en même temps. La journée se termine ensuite par le réassort (les commandes d'ouvrages qui ont été vendus durant la journée) et hop, on ferme !

Si tu devais citer 3 bonnes raisons de devenir libraire, quelles seraient-elles ?

La première c'est la passion que l'on voue à l'objet livre. Si on est libraire, ce n'est pas par hasard ! On voue un véritable culte aux livres et on veut toujours en lire de nouveaux, même si la bibliothèque déborde déjà très largement... sur le parquet du salon !

La seconde, le partage. Il n'y a pas plus grand bonheur quand on est libraire que de pouvoir partager de grands moments de lecture avec d'autres lecteurs potentiels. Argumenter, expliquer, c'est la partie la plus géniale de notre métier, et également l'une des plus importantes.

La troisième serait le mot liberté, on choisit nos tables, nos lectures, notre façon de mettre en avant certains titres. C'est un métier qui laisse facilement place à l'initiative, et ça c'est génial !

Peux-tu nous présenter ton blog, La Bibliothèque de Glow ?

Pour faire bref, La Bibliothèque de Glow est un blog créé en 2007, initialement dédié aux littératures de l'imaginaire. Depuis quelques temps, il s'orientalise, en particulier en ce qui concerne les littérature nippones et coréennes. En tout cas, la majorité des chroniques concerne la littérature ado, et l'imaginaire au sens large.



 

Quel est le quotidien d'une blogueuse littéraire ?

Tous les soirs, je passe environ une à deux heures sur le site. Le programme : rédaction d'articles, mise à jour de certains articles, préparation d'interviews, répondre à des mails (et ils sont très nombreux, une vingtaine par jours environ !), animation de la page Facebook également... Mais quand on aime, on ne compte pas !

Qu'est-ce qui te plait le plus dans ton activité de blogueuse ?

J'ai la chance d'avoir un blog qui fonctionne assez bien, il y a environ 10 000 personnes par mois qui viennent lire les quelques 800 articles que propose le blog. Alors mon plus grand plaisir, c'est quand je peux partager à fond un coup de cœur et en parler avec un maximum d'autres lecteurs. Ou mieux encore : donner à quelqu'un l'envie de lire grâce à un article, quand ça arrive ça fait super plaisir. La dernière en date, c'était une professeure de français qui me remerciait pour l'existence du blog car elle avait trouvé de quoi alimenter ses élèves en lectures pour de longs mois !

Quel est selon toi le rôle joué par les blogueurs aujourd'hui dans le monde du livre ?

Alors, même si il est difficile d'extraire des données précises sur l'influence des blogs par rapport à la presse écrite par exemple, je suis persuadée que les blogs ont un rôle à jouer. Tout se joue dans la confiance qu'ont les lecteurs en un blog. Quand on voit que le chroniqueur ou la chroniqueuse argumente avec ferveur sur un bouquin, évidement, on a envie de le suivre et de découvrir ce nouvel univers qui nous est proposé !

En tant que libraire, j'ai déjà eu des clients qui venaient car ils avaient lu sur un blog une chronique qui les avait tentés... la preuve que ça fonctionne !

Oui, les blogs ont de l'avenir, du moment qu'il sont faits avec sérieux et passion. On peux tout dire à propos d'un livre du moment que c'est justifié. Car il ne faut pas oublier qu'un bon blog ce n'est pas forcément un blog qui encense tout ce qu'il chronique, c'est un blog qui vous propose un avis désintéressé et objectif sur ses lectures !

Lucie Laval dans Métiers du livre.
- 966 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.