La Mare aux mots, blog de littérature jeunesse

Ce texte est une réponse à Marine's Books : Blogueuse et Booktubeuse ! de Lucie Laval.
Connaissez-vous La Mare aux mots, blog réputé de littérature jeunesse ? Cela fait plusieurs années maintenant que je lis leurs chroniques et j'en apprécie beaucoup le contenu. Les dernières parutions de littérature jeunesse y sont chroniquées, on peut également y lire de nombreuses interviews et rencontres avec des auteurs et des illustrateurs. C'est un blog à connaître lorsque l'on a des enfants qui ont le goût de lire ou au contraire qui ne l'ont pas encore... Vous y ferez des découvertes livresques qui pourront les convaincre ! Gabriel, fondateur de La Mare aux mots, a bien voulu répondre à mes questions. 

La Mare aux mots - Interview

Comment le projet de La Mare aux Mots est-il né ?

C'est assez compliqué, enfin disons que ce n'est pas né comme ça, il y a eu plusieurs étapes : au départ un forum sur la culture en général dans lequel une partie sur la culture jeunesse prenait de l'ampleur. On a décidé de faire un forum à part sur cette culture-là qui s'appelait La mare aux mots. Malheureusement, sur ce forum nous n'étions que très peu à écrire, les autres venaient seulement lire. À partir de là, même si l'idée ne me plaisait pas à la base, on a créé un blog. Maintenant, même si la forme est toujours "blog" je n'emploie plus ce mot, je parle d'un "site".

Pourquoi l'avoir ainsi baptisé ?

En fait, pour de multiples raisons. L'idée était vraiment un forum, un endroit où des gens venus de divers horizons venaient parler, échanger. Je voulais donc un nom qui fasse penser à ça. Une mare pour moi c'était ça. Y a des moustiques, des grenouilles, des canards... ces animaux sont différents mais ils cohabitent dans ce lieu. La mare aux mots est venu de là. Et on aimait le jeu de mot (MARE-MOTS -> MARMOTS)

Présentez-nous l'équipe qui se cache derrière le blog ?

Actuellement, nous sommes quatre sur le site (enfin quatre "visibles"). Il y a Erica qui est là depuis un petit moment maintenant. Au départ elle ne s'occupait que des applis, du numérique, mais avec la nouvelle formule on a eu envie (elle et moi) qu'elle chronique aussi des livres, des CD..., Anaïs et Sarah nous ont rejoints aussi depuis cette nouvelle formule. Et moi, donc, qui "supervise" un peu tout ça. Et puis il y a les "invisibles" : Camille qui relit une grande partie des chroniques, ma compagne qui fait des photos, nos enfants qui testent et donnent leur avis, nos lecteurs/trices qui nous donnent parfois des idées...



Pouvez-vous nous présenter en quelques mots les différentes chroniques du blog ?

Alors, les lundis, mardis, jeudis et vendredis, nous chroniquons des livres, le mercredi nous recevons des invités (c'est l'occasion de mettre en avant des auteur.e.s, des illustrateurs/trices voire même des éditeurs/trices que nous aimons) et le week-end nous chroniquons autre chose que des livres (applis, CD, DVD, jeux, loisirs créatifs...)

Vous avez récemment changé de formule : que proposez-vous désormais ?

De payer ! Plus sérieusement, le site n'a pas trop changé mais c'est vraiment un site qui prend énormément de temps, qui nous demande beaucoup d'énergie et jusqu'à la nouvelle formule il nous demandait aussi de payer (pour l'hébergement, pour certains frais comme la poste, les frais de fonctionnement...). Je trouvais ça totalement injuste de donner notre argent en plus de notre temps, mais aussi de consacrer une partie de notre énergie à résoudre des soucis techniques qui nous prenaient parfois plus de temps que la rédaction des billets ! Nous avons demandé à nos lecteurs/trices s'ils trouvaient que ce qu'on faisait méritait une petite rétribution et ça a été très majoritairement "oui". Nous proposons donc aux gens de payer une petite somme (1,50 € par mois) pour pouvoir nous lire. Nous n'en dégageons aucun salaire mais au moins nous ne dépensons plus d'argent. Et l'argent sert aussi pour résoudre tout ce qui est technique, de nous consacrer qu'à la partie qui nous intéresse.

Un blog comme La Mare aux mots représente beaucoup d'investissement en temps notamment : quelle est la place de ce blog dans le quotidien de l'équipe ?

J'avais, à une époque, comptabilisé mes heures sur un mois. Chaque fois que je m'occupais de La mare aux mots, je lançais le chrono. Sur un mois j'arrivais à une moyenne de 30 heures par semaine ! Actuellement, je pense que c'est moins. D'après moi je suis descendu à une vingtaine d'heures... mais j'avoue ne pas avoir recalculé. C'est assez difficile à calculer d'ailleurs car je n'ai pas de jour consacré à La mare aux mots, de plages horaires... c'est un peu tout le temps... tout ce que je peux dire c'est qu'il n'y a pas un seul jour où La mare aux mots ne me prend pas de temps et je travaille sur les articles parfois très très tard (après ma journée de travail). Quant aux chroniqueuses, elles n'arrivent pas à quantifier mais c'est aussi assez long. N'oubliez pas que ce n'est pas juste écrire des articles, il faut lire beaucoup de livres pour choisir ceux qu'on veut chroniquer et puis surtout il y a toute la partie moins drôle : éplucher les mails et y répondre (on en reçoit une centaine par jour), mettre en page les articles...

Vous êtes spécialisés dans la littérature jeunesse : pourquoi ce choix ?

Grande question. Je pense qu'à la base c'était parce que je trouvais qu'il n'y avait pas ce que je cherchais dans ce domaine. Comme je le disais plus haut, La mare aux mots était un forum et il n'existait aucun forum sur la littérature jeunesse. Je pense qu'on n'aurait jamais fait un site ou un blog sur la littérature jeunesse directement (ça existait déjà).



Selon vous quelle est la place du blogueur dans la chaîne du livre ?  

Je pense que le web prend de plus en plus de place. Les gens comme nous, qu'ils soient blogueur/euse ou rédacteur de site web ont de plus en plus d'influence. Après, personnellement, je pense qu'un article sur le web n'aura jamais autant d'influence qu'un article dans Télérama ou qu'une chronique sur France Inter... Que nous ne sommes pas des journalistes (le journalisme est un vrai métier même si récemment des journalistes m'ont vraiment déçu en racontant des choses totalement fausses sur un sujet que je connaissais...). Mais pour répondre à votre question, je pense que notre place est de conseiller, sans aucune influence, sans aucune pression. Nous avons la chance de pouvoir dire que tel livre est merveilleux ou que tel autre est un ramassis de clichés sexistes sans avoir peur de perdre des budgets publicitaires, donc je pense que c'est ça notre place : dire ce qu'on pense vraiment.

Pour en savoir plus sur La mare aux mots c'est par ici : http://lamareauxmots.com/blog/

Lucie Laval dans Métiers du livre.
- 1129 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.