Introduction de la dissertation en 3 leçons

Ce texte est une réponse à Comment bien commencer une introduction ? de Lucie Laval.

1. présentation et analyse du sujet

Comme nous l'avons vu dans un précédent tuto, Comment bien commencer une introduction, une introduction se commence par une accroche. Je ne vais pas revenir là-dessus car j'ai déjà détaillé les types d'accroches à privilégier, donc partons du principe que vous avez d'ores et déjà trouvé une accroche originale, en lien avec le sujet, et qui interpelle suffisamment votre correcteur pour le tenir éveillé durant la lecture de sa 40ème copie. 

Passons à la présentation du sujet. Cela fait un petit moment déjà que vous le dévisagez, et il commence à devenir de moins en moins énigmatique au fur et à mesure que vos petits neurones s'agitent. Mon conseil, à cette étape de votre introduction, est de donner des éléments de contexte sur le sujet : s'il s'agit d'une citation, précisez quelques indications sur l'auteur et l'ouvrage, l'époque de publication, le contexte historique... Si vous ne disposez pas de ces éléments ou qu'il ne s'agit pas d'une citation, commencez à identifier les termes clés du sujet (par exemple "romantique", "mimesis", "roman") et à les replacer dans un contexte : ils s'inscrivent peut-être dans un courant littéraire précis, une période de l'Histoire, un débat récurrent en littérature... Le fait de planter un décor connu vous donnera à la fois des pistes de réflexion et des références (auteurs, œuvres...) et montrera à votre correcteur que vous êtes en terrain connu. 

Enfin, l'analyse du sujet. Si l'indication du contexte peut donner une direction à votre réflexion, l'analyse des termes du sujet est beaucoup plus précise et doit reprendre tous les termes du sujet de même que la relation entre chacun de ces termes. Commencez par isoler chacun des termes et par en préciser le sens, les variations de sens en fonction du contexte historique ou linguistique, l'étymologie si vous la connaissez et que vous jugez cela nécessaire. Lorsque vous avez fait ce travail avec chacun des termes clés du sujet (évitez les "et", "de" etc. bien évidemment), tournez-vous vers l'articulation de ses termes entre eux. Sont-il mis sur un pied d'égalité, hiérarchisés, y a-t-il une figure de style dans le sujet ? Tous ces éléments peuvent apporter du sens et ainsi de la matière à votre développement. A ne négliger sous aucun prétexte ;) 

Dernière chose, mais c'est peut-être le plus compliqué... Une introduction contient toujours beaucoup d'éléments et pourrait s'étaler sur des pages entières. Pourtant, il faut aller à l'essentiel, se montrer précis et synthétique - ce n'est pas inné et c'est complexe. Une seule solution : s'entraîner !

2. Problématique : identifier la question au cœur du sujet

La problématique, c'est l'élément clé de la dissertation : une problématique ratée permet rarement d'accoucher d'une dissertation réussie. Donc il est préférable de passer du temps dès le début à élaborer une problématique de qualité plutôt que de perdre du temps ensuite à rendre une problématique ratée intéressante. #petitconseildami

Posez-vous donc la question : quel débat, quelle contradiction, quelle énigme pose ce sujet ? Quelle sera la réflexion la plus intéressante que je pourrai développer à partir de cette phrase ? Ne croyez pas qu'il n'existe qu'une seule problématique ; certains professeurs seront ravis d'être surpris par une problématique à laquelle ils ne s'attendaient pas et qui renouvelle peut-être le débat sur un sujet déjà très rebattu. Donc demandez vous ce qui vous intéresserait, vous, de développer sur le sujet et privilégiez les pistes sur lesquelles vous avez le plus de références (auteurs, ouvrages, citations etc.). 

Enfin formulez votre problématique de façon claire et simple, en évitant les formulations alambiquées qui brouillent le sens. Quelques débuts commodes de problématique : "Dans quelle mesure...", "En quoi / pourquoi", "Il s'agit de déterminer si..." et tant d'autres. L'essentiel est qu'en lisant votre problématique, votre correcteur se dise : voilà une approche intéressante !

3. L'annonce du plan

L'annonce du plan est également un exercice difficile car il est rare de s'en sortir sans se montrer extrêmement scolaire. "Dans un premier temps... dans un second temps...". Malheureusement, il est ardu de faire preuve d'originalité dans cette partie pourtant cruciale de l'introduction. Il y' a des variantes cependant qui sont un peu plus légères peut-être : "Tout d'abord..., ensuite..., enfin" ; "Pour entamer cette réflexion..., cela nous mènera ensuite à..., Enfin nous verrons...". Bref, l'idée est d'être le plus fluide possible, et n'hésitez pas à réaliser cette annonce du plan en deux ou trois phrases claires et bien articulées les unes aux autres. 


J'espère que cet article vous sera utile et n'hésitez pas à déposer vos questions en commentaire, je me ferai une joie d'y répondre du mieux que je peux ! 

Lucie Laval dans Tutos.
- 644 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.